18/06/2020 15:20
Des milliers d'habitants faisaient la queue jeudi 18 juin dans tout Pékin pour subir un dépistage du nouveau coronavirus, la capitale chinoise tentant d'enrayer un rebond de COVID-19 avec confinements et désinfections massives.
>>Coronavirus : l'OMS salue une percée de la recherche, Pékin inquiète
>>Pékin referme les écoles et appelle à ne pas quitter la ville
>>Vingt-sept nouveaux cas à Pékin, un marché et sept quartiers fermés

Carte des quartiers et zones résidentielles à Pékin, affectées par la résurgence de cas de COVID-19 dans la capitale chinoise, au 16 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le ministère chinois de la Santé a fait état de 21 malades supplémentaires au cours des 24 dernières heures dans cette ville de 21 millions d'habitants, portant à 158 le nombre de cas recensés depuis la semaine dernière. La vie avait repris un cours quasi normal à Pékin après deux mois sans aucune contamination. Mais l'apparition il y a quelques jours d'un nouveau foyer d'infection a relancé la vigilance.

Le marché de gros de Xinfadi, principal lieu d'approvisionnement en fruits et légumes de la capitale, est soupçonné d'être la source des nouvelles contaminations. Les autorités locales ont engagé depuis quelques jours une vaste campagne de dépistage des habitants et de désinfection des restaurants. Une trentaine de zones résidentielles, sur les milliers que compte Pékin, ont par ailleurs été placées en quarantaine et tous les établissements scolaires ont été refermés jusqu'à nouvel ordre.

Jeudi 18 juin, des dizaines de personnes patientaient pour un dépistage devant le Stade des Travailleurs dans l'est de la ville. L'enceinte accueille d'ordinaire l'équipe de football locale. Beaucoup étaient des employés de restaurants ou de magasins avoisinants.

"Je voulais de toute façon faire le dépistage et puis mon employeur m'a ensuite dit que tout le personnel du centre commercial où on travaille devait aussi être testé", a expliqué Mme Pang, une vendeuse de 25 ans. "On n'a pas beaucoup de clients ces derniers jours, les gens ont peur de sortir maintenant", a pour sa part confié M. Wang, chef cuisinier dans un restaurant, alors qu'il faisait la queue.

La municipalité a appelé ses habitants à éviter les voyages "non essentiels" en dehors de Pékin et drastiquement réduit les liaisons aériennes. Les personnes habitant dans des zones classées "à risque moyen ou élevé" ont eu interdiction de sortir de la ville. Il s'agit de "bloquer résolument les canaux de transmission de l'épidémie, pas d'un verrouillage" de la capitale, a voulu rassurer jeudi 18 juin un responsable municipal, Pan Xuhong.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

Kiên Giang voit une augmentation des arrivées touristiques en juillet La province de Kiên Giang (Sud) a accueilli près d'un million de visiteurs en juillet, soit une augmentation de 75,3% par rapport au mois précédent.