21/06/2021 17:01
La Fédération chilienne de football a reconnu dimanche 20 juin avoir rompu la bulle sanitaire entourant sa sélection à la Copa América, en raison de la venue d'un coiffeur sur le site où sont rassemblés les joueurs à Cuiaba (Centre du Brésil).
>>L'Argentine bat l'Uruguay 1-0 avec un Messi inspiré
>>Copa América : le Brésil bat sans briller un Venezuela diminué, Neymar décisif

Le joueur chilien Arturo Vidal à Cuiaba (Brésil), le 20 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

"La Fédération et l'encadrement technique reconnaissent la violation de la bulle sanitaire de la délégation après l'entrée non-autorisée d'un coiffeur qui, malgré un test PCR négatif, n'aurait pas dû entrer en contact avec les joueurs", a déclaré la Fédération dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

Elle ajoute, sans préciser lesquelles, que les "personnes impliquées seront sanctionnées financièrement".

Avant la rencontre du Chili contre la Bolivie (1-0), vendredi 18 juin pour le compte de la 2e journée de la Copa América (groupe A), l'une des stars de la sélection chilienne, Arturo Vidal, ainsi que le défenseur Gary Medel, avaient publié sur les réseaux sociaux des photos les montrant en train de se faire couper les cheveux par un coiffeur local, apparemment dans les locaux de l'hôtel où loge "la Roja".

"Nous regrettons cette situation et informons que tous les membres de la délégation ont présenté un test PCR négatif ce samedi 19 juin", a conclu la Fédération.

Le sélectionneur du Chili, l'Uruguayen Martin Lasarte, a condamné ce comportement tout en le relativisant. Cette situation "m'a dérangé, c'est normal. C'est ce qu'on peut hélas considérer comme une erreur grave, une imprudence, mais c'est tout. C'est une situation qui peut être résolue, qui peut être sauvée, et qui est sur la bonne voie", a dit le technicien en conférence de presse virtuelle depuis le stade Arena Pantanal.

"Il faut payer pour cette erreur, nous devons être exemplaires compte tenu du moment que nous vivons, et nous espérons que cette erreur n'influe pas sur le jeu de manière négative", a-t-il ajouté.

Contacts interdits 

Vue de l'hôtel de l'équipe chilienne de football, à Cuiaba (Brésil), le 20 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN 

Pour le gardien et capitaine de l'équipe nationale, Claudio Bravo, de tels comportements "nuisent" à la concentration que doit avoir une sélection dans la Copa América. "Nous sommes conscients de ce que nous vivons avec la pandémie. Nous savons en tant qu'équipe l'erreur que nous avons commise et nous assumons en tant qu'équipe les conséquences de tout cela. Ceux qui y ont participé ont assumé l'erreur et les conséquences de leurs actions", a dit le portier de 38 ans.

Selon la presse chilienne, la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) devrait ouvrir un dossier disciplinaire auprès de la fédération locale pour non-respect des stricts protocoles sanitaires, alors que le Brésil, pays hôte de la Copa America, est le deuxième pays le plus durement touché au monde par la pandémie de COVID-19, avec un demi-million de morts depuis samedi 19 juin.

Il est interdit aux délégations participant à la compétition d'entrer en contact avec d'autres personnes, et celles qui enfreignent la mesure s'exposent à une sanction économique de la Conmebol d'environ 30.000 USD.

Vidal, qui a régulièrement commis des actes d'indiscipline au cours de sa carrière, a contracté le COVID-19 au début du mois.

Avant les deux matches de qualifications au Mondial-2022 en juin, le secrétariat à la Santé de Santiago du Chili avait ouvert une enquête contre le milieu de l'Inter Milan pour avoir enfreint les règles sanitaires spéciales pour les athlètes et pour déterminer les circonstances dans lesquelles il a été infecté.

Le Chili rencontre lundi 21 juin l'Uruguay à Cuiaba, en match comptant pour la 3e journée du groupe A.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

L'île de Phu Quôc accueillera-t-elle des visiteurs étrangers à partir d'octobre ? Le secteur touristique consulte actuellement ministères et services concernés à propos du processus et plan pilote pour l'accueil des voyageurs internationaux sur l'île de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), pendant six mois, à partir d'octobre prochain.