24/11/2017 17:32
Cinq militantes féministes, qui ont recueilli 700.000 soutiens en ligne, lancent une action vendredi 24 novembre avec notamment le hashtag #SoyezAuRdv et proposent à Emmanuel Macron un plan d'urgence contre les violences sexuelles, indique Le Parisien vendredi 24 novembre.
>>Mesures pour éviter les violences faites aux femmes déplacées
>>L’ONU appelle à la lutte contre les violences sexuelles liées aux conflits

Le président Emmanuel Macron, le 23 novembre à l'Elysée, à Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

Une campagne sera diffusée sur les réseaux sociaux à partir de 6 heures vendredi 24 novembre, avec une vidéo, un visuel et le hashtag #SoyezAuRdv, précise le quotidien.

Clémentine Vagne, Madeline Da Silva, Fatima Benomar, Laure Salmona et Caroline De Haas, venues d'horizons différents et qui ne se connaissaient pas toutes avant, proposent à Emmanuel Macron d'être à la hauteur de l'enjeu en allouant d'importants moyens dédiés à la lutte contre ce fléau.

Pour elles, "Emmanuel Macron a le pouvoir de faire en sorte que les violences sexuelles cessent" et en appellent à un véritable "plan Orsec" contre les violences sexuelles.

C'est-à-dire un dispositif de secours d'urgence, mis en place pour intervenir très rapidement lors d'une grande catastrophe. Il viendrait à la suite, non pas de la libération de la parole des femmes, mais de "la libération des oreilles qui écoutent enfin les femmes qui parlaient déjà", dit Caroline De Haas, à l'origine du regroupement des cinq femmes.

Les cinq femmes réclament entre autres choses la formation de la police contre le harcèlement de rue, l'annulation de l'hommage au réalisateur Roman Polanski à la Cinémathèque, la définition d'un seuil d'âge au-dessous duquel les mineurs seront présumés ne pas avoir consenti à un rapport sexuel ?

Le président de la République s'exprimera samedi 25 novembre à l'Élysée, devant des associations féministes et autres invités, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes.

En 2016, 123 femmes ont été tuées par leur compagnon, ex-compagnon ou amant, soit une tous les trois jours, selon le ministère de l'Intérieur. L'Institut national d'études démographiques estime par ailleurs qu'une femme sur sept a subi au moins une forme de violence sexuelle au cours de sa vie.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.