16/01/2019 22:32
"Maintenir les normes nationales pour les écoles accréditées n'est pas vraiment possible durablement. Il y a beaucoup de raisons, notamment la forte augmentation du nombre d’élèves en ville, qui empêchent de réduire les effectifs des classes", a fait remarquer Nguyên Van Hiêu, chef adjoint du Service de l’éducation et de la formation de Hô Chi Minh-Ville (SEF).

>>Apprendre en-dehors de la classe au niveau primaire
>>Hanoï : Salon de l’éducation au Canada 2018

 

Conférence-bilan des 20 années de mise en œuvre de la construction d’écoles primaires aux normes nationales, le 16 janvier à Hô Chi Minh-Ville.


Cette préoccupation majeure a été partagée par Nguyên Van Hiêu lors de la conférence bilan des 20 années de mise en œuvre du développement des écoles primaires standardisées au niveau national pour la période 1997-2017, tenue le 16 janvier.

Selon le représentant du SEF, ces 20 dernières années, la standardisation des écoles primaires de Hô Chi Minh-Ville au niveau national a progressé fortement. C’est le cas notamment de la qualité de l'éducation et des performances d’enseignement qui atteignent les 100%. Les activités scolaires sont aussi très riches. Le réseau des classes du primaire est planifié de plus en plus rationnellement. Les installations conviennent bien   aux dispositifs éducatifs. Le professionnalisme des enseignants atteint des normes supérieures et les excellents enseignants se retrouvent à tous les niveaux, et en augmentation constante. Les écoles primaires ont mis en œuvre pleinement des activités éducatives et des mouvements d'émulation. À présent, la ville compte 64 écoles primaires répondant aux normes nationales, dont 8 ont atteint le niveau national de niveau 2.

Les difficultés persistent

En ce qui concerne les difficultés restantes, Huynh Thi Kim Trang, chef adjointe du Département de l'enseignement primaire (SEF), a ajouté que le problème le plus difficile est que la superficie de la ville ne peut faire face à la croissance démographique due à l’arrivée de migrants, ce qui empêche les écoles de limiter  les effectifs de certaines classes. En outre, les ressources financières locales posent encore de nombreuses difficultés. La mobilisation de ressources d’investissement pour ces écoles est un problème pressant.

La qualité de l'éducation globale pour les élèves est positive mais pas  dans toutes les écoles, en particulier pour tout ce qui touche au savoir-vivre. La qualité des enseignants n’est plus un souci. Certains enseignants âgés s’intéressent d’ailleurs aux innovations, à l’application des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement.

Nguyên Van Hiêu a rappelé que si, chaque année, sont construites environ 1.500 nouvelles salles de classe à tous les niveaux d'enseignement, cela ne répond pas aux besoins sur place, en lien avec la croissance démographique. On ne peut donc pas encore réduire les effectifs de certaines classes. Pour faire face à cette difficulté, la ville a également proposé au gouvernement d’autoriser la construction d’étages supplémentaires pour les écoles situées dans des zones densément peuplées.


Texte et photo: Quang Châu/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Gâteau phu thê, une friandise rustique irrésistible

La Dans un contexte de déplacements limités et de sentiment d’insécurité, les mini-voyages à proximité du domicile sont en plein essor dans le monde entier y compris au Vietnam.