19/04/2019 00:50
"Développer le système de santé de base pour prévenir les maladies non transmissibles est la tâche la plus importante définie par le programme national de santé - population pour la période 2016-2020", selon Nguyên Thi Kim Tiên, ministre de la Santé. Elle a tenu ces propos lors de la conférence-bilan des trois années de mise en œuvre de ce programme. L'événement s’est tenu à Hô Chi Minh-Ville, le 16 avril.
>>Maladies non transmissibles, une urgence socio-sanitaire
>>Améliorer les solutions de contrôle alimentaire liées aux maladies non transmissibles

La ministre de la Santé, Nguyên Thi Kim Tiên.  

Le programme de santé - population pour la période 2016-2020 a obtenu de nombreux résultats remarquables, tels qu’étendre la couverture du  réseau de santé; contrôler les maladies et les épidémies émergentes, réduire fortement le nombre d’infectés et de mort par épidémie. En outre, le programme a réussi à maintenir les résultats atteints durant les années précédentes pour la polio, le tétanos néonatal, le taux de vaccination de plus de 95% des enfants de moins d’un an et des femmes enceintes ...

Le taux de malnutrition infantile est passé de 17,5% en 2010 à 13% en 2018. Les localités prêtent également attention à la prévention et à la lutte contre les maladies non transmissibles et le développement de la santé en milieu scolaire. Le pays gère également plutôt bien le taux d’infection par le VIH/sida dans la communauté (à 0,3%) en minimisant le nombre de nouvelles infections. La longévité de la population a été améliorée.

Reconnaissant les résultats positifs obtenus, la ministre Nguyên Thi Kim Tiên a toutefois dit que le programme devait encore faire face à de nombreux nouveaux défis, en particulier dans le contexte où les maladies non transmissibles croissent telles maladies cardiovasculaires, diabète, cancer. L'accès aux services de santé et l’offre de santé à destination des ethnies minoritaires et dans les zones reculées sont encore limités.

Se concentrer sur les programmes
de prévention des maladies


En plus, les ressources nécessaires à la mise en œuvre de ce programme ne sont pas abondantes, principalement basées sur le budget de l'État, auprès de l'assurance maladie qui ne prend en charge que les examens et traitements médicaux en cas d'infection. En fait, les autorités locales ne comprennent pas vraiment l’importance de réserver une partie de leur budget local  pour mettre en œuvre le programme.

Pour achever le programme national de santé - population, la ministre Nguyên Thi Kim Tiên a déclaré qu'il était nécessaire de renouveler les activités du système de santé de base à travers le pays. Dans le même temps, les dispensaires doivent améliorer les services de santé de base aux populations afin que les gens puissent y accéder facilement. Sans oublier la sensibilisation à un mode de vie sain, faire du sport entre les heures de bureau, marcher davantage, élaborer un régime alimentaire raisonnable, limiter l'alcool et le tabac... afin d'éviter les maladies non transmissibles.

Dans le prochain plan biennal (2019-2020), le secteur de la Santé poursuivra sa mise en œuvre et sera déterminé à atteindre les objectifs fixés.

Texte et photo: Quang Châu/CVN






 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France conjugue ses efforts avec le Vietnam dans la protection de l’environnement

Lào Cai et Yunnan renforcent leur coopération touristique La coopération en matière de tourisme entre la province de Lào Cai (Nord) et la préfecture autonome Hani et Yi de Honghe, province chinoise du Yunnan, a été discutée lors d’un séminaire tenu le 21 juin dans la province de Lào Cai.