18/07/2018 08:48
Le président de la Commission européenne (CE) Jean-Claude Juncker se rendra le 25 juillet à Washington pour rencontrer le président américain Donald Trump, avec l'objectif de désamorcer le conflit commercial entre l'UE et les États-Unis, a annoncé mardi 17 juillet l'exécutif européen.
>>Le conflit commercial menace "à court terme" la croissance mondiale selon le FMI
>>États-Unis: la guerre commerciale commence à affecter certains industriels

Jean-Claude Juncker s'exprime lors d'une conférence de presse à Pékin, le 16 juillet. Photo: AFP/VNA/CVN

"Le président Juncker et le président Trump vont travailler à améliorer le commerce transatlantique et à bâtir un partenariat économique plus fort", précise la Commission dans son communiqué.

"Les deux dirigeants vont discuter de la coopération approfondie entre les gouvernements et les institutions de l'Union européenne et des États-Unis sur un vaste ensemble de sujets, comme la politique étrangère et de sécurité, la lutte contre le terrorisme, la sécurité énergétique et la croissance économique", ajoute-t-elle.

La Maison Blanche a publié un communiqué quasiment identique à celui de la Commission, sauf que contrairement au texte européen, il ne fait pas mention d'une "coopération approfondie" entre les deux régions.

La Commission s'est refusée à détailler les intentions de M. Juncker sur le plan commercial lors de cette rencontre, qui aura lieu à la Maison Blanche. "Nous sommes en train de préparer notre stratégie et il ne serait pas sage de ma part d'en discuter ici", a affirmé mardi 17 juillet Margaritis Schinas, un porte-parole de l'institution, lors du point presse quotidien. Selon des sources européennes, une réunion entre États membres mercredi 18 juillet servira à peaufiner la position européenne.

Sécurité nationale

Bruxelles et Washington sont engagés dans un conflit commercial depuis le 1er juin, quand Washington, invoquant la "sécurité nationale", a imposé des droits de douane punitifs sur l'acier et l'aluminium européens.


Les Européens avaient immédiatement répliqué par des taxes sur une série de produits américains emblématiques, comme le beurre de cacahuète ou les Harley-Davidson.

Donald Trump a depuis menacé de mettre en place des droits de douane supplémentaires de 20% sur les voitures importées aux États-Unis en provenance de l'UE, une mesure qui aurait des conséquences bien plus lourdes que les taxes sur l'acier et l'aluminium.

"S'ils ne négocient pas de bonne foi, nous ferons quelque chose en rapport avec les millions de voitures qui entrent dans notre pays et qui sont taxées à un niveau pratiquement nul, un niveau très bas", a encore menacé l'Américain la semaine passée, lors d'un sommet de l'Otan à Bruxelles, à propos de la visite de M. Juncker.

L'Union européenne impose actuellement 10% de droits de douane aux véhicules importés des États-Unis - y compris ceux fabriqués par des constructeurs européens - tandis que les États-Unis taxent à 2,5% les importations de voitures et à 25% celles des camionnettes et pick-up.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Huê lancera des bus à toit ouvert Les touristes à Huê auront l’occasion de découvrir l’ancienne capitale impériale par des visites en bus à toit ouvert, selon les informations du Service du tourisme de la province centrale de Thua Thiên-Huê.