11/05/2017 22:25
Londres accueille jeudi 11 mai une conférence internationale sur la Somalie pour dessiner les grandes lignes d'un nouveau "partenariat" économique et sécuritaire avec ce pays de la Corne de l'Afrique.
>>Somalie : 6 morts dans un attentat à la voiture piégée
>>Somalie : un haut responsable limogé après la mort d'un ministre

Le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed (gauche), arrive à la conférence internationale sur la Somalie, le 11 mai à Londres.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'événement réunit une quarantaine de délégations et des institutions comme la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et la Ligue des États Arabes en présence du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, du ministre américain de la Défense, James Mattis, et de la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.

Il ne s'agit pas de lever des fonds mais de s'intéresser aux axes de développement économiques possibles et de se pencher sur les questions de sécurité, alors que le gouvernement central somalien, soutenu à bout de bras par la communauté internationale, est menacé par l'insurrection islamiste shebab, affiliée à Al-Qaïda.

Selon le ministre britannique des Affaires étrangères, la conférence verra "l'adoption d'un nouveau partenariat entre la Somalie et les délégations présentes dans lequel elles s'engagent à coopérer" pendant les quatre ans à venir. L'accord stipulera qu'en échange du "soutien vital" de la communauté internationale, la Somalie engagera les réformes qui lui sont indispensables.

La conférence intervient au moment où la Somalie est confrontée à un nouveau épisode de sécheresse et se retrouve au bord de la famine.

La dernière famine en date en Somalie, en 2011, résultat d'une grave sécheresse dans la Corne de l'Afrique aggravée par le conflit et l'insurrection shebab, avait fait 260.000 morts.

Coprésident de la conférence du 11 mai, le nouveau président somalien Mohamed Abduhalli Mohamed a appelé fin mars la communauté internationale à augmenter son aide pour surmonter une crise qui pourrait miner les espoirs nés des élections pacifiques qui l'ont amené au pouvoir.

Il avait fait valoir à l'occasion l'engagement de son nouveau gouvernement pour "la bonne gouvernance", le renouveau économique, et la volonté du nouveau gouvernement d'assurer à terme sa propre défense contre les insurgés islamistes shebab.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.