05/03/2018 17:18
Le complexe de pagodes et de temples Côn Son-Kiêp Bac est niché au milieu des montagnes dans la région de Côn Son, au district de Chi Linh, province de Hai Duong, à 70 km de Hanoï environ.
>>Le festival du printemps de Côn Son-Kiêp Bac débute
>>Pagode de Côn Son, un charme intemporel
>>Côn Son-Kiêp Bac, musée de croyance et de culture du Vietnam

Le complexe Côn Sơn-Kiếp Bạc respire la sérénité. Il a été reconnu comme une relique nationale spéciale en 2012. Photo : thegioidisan.vn/CVN

Les structures les plus importantes du complexe Côn Son-Kiêp Bac sont deux pagodes Côn Son et Kiêp Bac, des havres de paix et de tranquillité.

La première, la pagode Côn Son constitue l’un des trois centres de la secte zen Truc Lâm, fondée par le roi Trân Nhân Tông au XIIIe siècle. Les deux autres sont Yên Tu (ville de Uông Bi, province de Quang Ninh) et Quynh Lâm (district de Dông Triêu, province de Quang Ninh).

À 5 km, la seconde zone abrite le temple Kiêp Bac. Construit sur le mont Tran Rông, il offre une vue imprenable sur la rivière Luc Dâu. Au XIIIe siècle, le général Trân Hung Dao a choisi le site pour y établir sa base militaire, garder les aliments et exercer les soldats afin de les préparer à la bataille contre les envahisseurs Yuan-Mongols. Au XIVe siècle, les habitants y ont construit un temple dédié à ce héros national.

La tour de lotus de neuf étages symbolisant le nirvana, l'état d'illumination qui habite Amitabha a été reconstruit en 2014. 
Photo : CTV/CVN
Le temple a été honoré par le dévouement de valeur du commandant Trân Hung Dao en 1300. Cette structure a été endommagée par les guerres et l'usure du temps. Il a été reconstruit à la fin du XIXe siècle.

Les fouilles archéologiques ont affirmé que le Kiêp Bac était une base militaire au XIIIe siècle où il y avait une présence humaine, un atelier de voile, des granges à riz, des grottes et des étangs.

Dans une fouille archéologique de 2013 à la pagode Côn Son, une grande quantité d'objets ont été trouvés, y compris des matériaux de construction (briques, carreaux, objets décoratifs en terre cuite avec différents motifs); et la porcelaine (bols, assiettes, vases) fabriquées au Vietnam et en Chine. La plupart des artéfacts appartenaient à la dynastie au XVIIe siècle, confirmant l'importance de la pagode en tant que relique bouddhiste au Vietnam sous les deux dynasties, selon le conseil d'administration du Côn Son-Kiêp Bac.

Des autres fouilles ont également mis au jour pour la première fois les vestiges d'une tour du lotus de neuf étages, fournissant une base fiable pour la reconstruction de la tour en 2014.

Fêtes centenaires

La pagode de Côn Son a deux fêtes annuelles, au printemps et en automne. La fête du printemps a lieu le premier mois lunaire, commémorant l'anniversaire de la mort du Vénérable Huyền Quang, un des trois fondateurs de l'école zen Truc Lâm.

La fête automnale, qui rend hommage à Trân Hung Dao, a lieu le 8e mois lunaire. Elle attire des milliers de personnes de toutes les régions du pays, comprend plusieurs autres cérémonies cultuelles, mais aussi des jeux populaires, en particulier des courses de pirogues qui symbolisent la victoire navale de la rivière Luc Dâu.

Des concours de lutte et de bánh chung (carré de riz gluant), des courses de bateaux, des spectacles de marionnettes sur l'eau et des jeux folkloriques sont organisés.

Côn Son-Kiêp Bac a été classé site national en 1962, et site national spécial en octobre 2012. Les fêtes printanière de Côn Son et automnale de Kiêp Bac ont été reconnues patrimoines culturels immatériels nationaux en 2012 par le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme lors de la Fête printanière de Côn Son 2013.

Ce complexe compte  parmi plus de 3.400 sites nationaux. Parmi eux, plus de 1.000 sont des maisons communales, près de 800 pagodes et environ 600 temples, selon l'Institut chargé de la conservation des sites.

Chaque année, le complexe Côn Sơn-Kiếp Bạc accueille le Festival du Printemps et de l'Automne. Photo : Thanh Tung/VNA/CVN

"Il n'y a presque aucun site religieux où tous les éléments originaux ont été conservés dans leur intégralité  jusqu'à aujourd'hui, ces sites se doivent d’être en parfait état pour assurer sa fonction initiale (un lieu de pratique des activités religieuses)'' a expliqué Dr Hoàng Dao Kính, architecte de Hanoï spécialisé à la restauration des structures du patrimoine.

Science et tradition

La loi sur le patrimoine culturel du Vietnam stipule : "la conservation d'une relique doit préserver autant que possible les éléments d'origine d'une structure".

Les chercheurs ont convenu lors d'une conférence le mois dernier qu'une approche scientifique était nécessaire pour assurer l'authenticité et l'intégrité d'une relique lorsque des tentatives sont faites pour la conserver ou la reconstruire. La conférence, organisée par l'Institut pour la conservation des reliques, a porté en particulier sur le vestige Côn Son-Kiêp Bac.

"Nous devons préserver la valeur de la relique ainsi que le message culturel que nos ancêtres voulaient nous transmettre. Les pagodes et les temples servent de véhicules pour transporter la mémoire historique et le message culturel au présent", a déclaré Vuong Van Bài, vice-président du Conseil national du patrimoine.

En l'appuyant, le professeur d'histoire Trân Lâm Biên, qui a 60 ans d'expérience dans la conservation, a ajouté : "Chaque élément d'une structure bouddhiste a sa propre signification. Par conséquent, la conservation des reliques doit être faite en consultation avec des scientifiques et des chercheurs. Nous ne pouvons faire un bon travail de conservation qu'avec une profonde compréhension de la relique".

Une stèle du XIVe siècle de la pagode Côn Son a été classée trésor national en 2015.
Photo : Vân Du/CVN
S'exprimant à ce sujet, Luu Trân Tiêu, président du Conseil national du patrimoine culturel, a déclaré : "Chaque relique historique et culturelle est un témoignage des étapes de développement de l'Histoire de la nation, et véhiculent des valeurs historiques, culturelles ou esthétiques. Par conséquent, l'exigence la plus importante dans travail de conservation est de préserver l'authenticité historique et culturelle de la relique''.

Les éléments d'origine peuvent être préservés à long terme par diverses techniques, notamment la prévention des dommages causés par les termites, l'entretien périodique, la mise à niveau (renforcement, réparation, adjacente); La réparation des éléments endommagés ou leur remplacement par de nouveaux éléments ayant des caractéristiques similaires à celles de la relique.

"Au cas où la relique serait sérieusement détériorée, un plan de démantèlement (enregistrement, numérotation, dessin, photographie des éléments) est nécessaire. Après les travaux de maintenance, la structure doit être réassemblée de manière précise''. 

"La reconstruction n'est justifiée que dans des circonstances exceptionnelles et ensuite elle doit être faite sur la base de documents scientifiques"
, a déclaré M.Tiêu.

La documentation scientifique comprend des écrits sur la relique, sa fondation ; les artefacts architecturaux décoratifs découverts lors des fouilles; et des photographies de la relique avant qu'elle ne soit endommagée.

Une prière rituelle pour la paix dans le pays a lieu pendant la fête du printemps à la pagode Côn Son. Photo : Manh Minh/VNA/CVN

Modèle de travail

Depuis 2010, Hai Duong met en œuvre plusieurs projets de conservation, dont celui du temple Kiêp Bac, la reconstruction de la tour de lotus de neuf étages et le maintien de certains compartiments ainsi que le clocher de la pagode Côn Son.

La restauration de la tour et la conservation des autres éléments de la pagode Côn Sơn ont été effectuées après une étude intensive et approfondie des documents historiques existants dans la région,  a déclaré Nguyên Khac Minh, chef du Conseil de gestion de la relique Côn Son-Kiêp Bac.

L'année dernière, la tour de neuf étages a été inaugurée lors du festival Côn Son-Kiêp Bac. La tour originale a été construite par le vénérable Huyên Quang pendant le règne de la dynastie Trân et a été perdue après la prise de pouvoir de la dynastie Lê.

La tour, qui symbolise le Nirvana, l'état d'illumination qui habite Amitabha, a une statue d'Amitabha au dernier étage et plus de 200 autres statues de Bouddha.

"Le complexe Côn Son-Kiêp Bac peut être considéré comme un modèle pour la façon dont nous devrions traiter nos reliques", a déclaré Bài.

Ce n'est que deux mois avant l'ouverture du festival de printemps 2018 (le 16e jour du premier mois lunaire), que le complexe accueillera des milliers de visiteurs et de bouddhistes de tout le pays.

Hoàng Thi Mai, habitant du district de Chí Linh, a partagé : ‘’La saison des festivals est toujours une période importante et amusante de l'année pour nous. Je suis fier de jouer un rôle dans le défilé de l'eau‘’.

Vân Du/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Dà Nang: des fresques murales en plein cœur de la ville La ville de Dà Nang propose depuis le mois d’avril une nouvelle destination pour ses visiteurs: la ruelle des fresques murales d’une longueur de 1,5 km, tout près de la rivière Hàn et du pont du dragon. En attendant une visite sur place, à vous de découvrir les premières images!