05/10/2017 17:53
Le groupe japonais IHI sonde les possibilités d’investissement dans les projets de communications dans la ville portuaire de Hai Phong.
>>Bond des investissements japonais au Vietnam

Séance de travail entre le Comité populaire municipal de Hai Phong et le groupe japonais IHI. Photo : Baodautu/CVN

Lors d’une récente séance de travail avec le Comité populaire municipal de Hai Phong, Atsushi Kutawa, responsable du groupe, a annoncé que sa compagnie entendait participer aux futurs projets de communications à Hai Phong.

Tenant en haute estime la présence du groupe IHI au Vietnam, Nguyên Van Tung, président du Comité populaire de la ville, l’a invité à investir dans les projets de construction de ponts reliant Hai Phong et ses localités voisines, en particulier les ponts Nguyên Trai et Vu Yên.

Il a indiqué que les autorités de Hai Phong étaient en train de coopérer étroitement avec l’Agence de coopération internationale du Japon (en anglais : Japan International Cooperation Agency, JICA) pour accélérer la mise en chantier de leurs projets. Par ailleurs, il a assuré que le Comité populaire de la ville et les organes concernés accorderaient les meilleures conditions au groupe IHI à Hai Phong.

Le groupe IHI a construit le pont Binh à Hai Phong et le pont Nhât Tân à Hanoï. En 2015, il a implanté l’usine IHI Infrastructure Asia (IIA) dans la zone industrielle de Dinh Vu à Hai Phong. L’usine est spécialisée dans la production de structures en acier au service des projets de construction de ponts, de centrales thermiques et autres types d’ouvrages.
 
NDEL/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.