08/03/2018 11:12
Des chercheurs français ont découvert comment l'encre du tatouage se transmettait des cellules mourantes aux vivantes, ouvrant la voie à de meilleures techniques d'effacement, a annoncé récemment l'INSERM.
>>Le tatouage, candidat au "10e art", s'expose au Mondial de Paris
>>Le tatouage vient imprimer sa marque dans l’horlogerie de luxe

De récentes découvertes ouvrant la voie à de meilleures techniques d'effacement dans le domaine du tatouage. Photo : AFP/VNA/CVN

Si la peau se renouvelle constamment, elle a cette capacité étonnante de conserver les dessins sur sa surface pendant des décennies, rappellent des chercheurs alors que Paris accueille de vendredi 9 mars à dimanche 11 mars la plus grande convention au monde de tatoueurs, le 8e Mondial du tatouage.

Des scientifiques regroupés au Centre d'immunologie de Marseille-Luminy (France) pensent avoir compris comment, refusant la croyance selon laquelle "la cellule porteuse de pigment vivait éternellement".  "Cette hypothèse est remise en question", a indiqué dans un communiqué l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). La question essentielle : dans quel type de cellule se loge l'encre ? On pensait que c'était dans les fibroblastes, celles du derme, qui entre autres permettent la cicatrisation.

Ce serait en fait dans les macrophages, des cellules immunitaires spécialisées qui défendent l'organisme contre les agents infectieux en les ingérant. Ces macrophages font, semble-t-il, la même chose avec l'encre. Et ils se la passent génération après génération.

"Ce cycle de capture, libération et recapture du pigment se produit continuellement dans une peau tatouée", d'après les chercheurs marseillais.  Le phénomène a été observé sur la queue d'une souris tatouée en laboratoire. Pas n'importe laquelle : "une souris génétiquement modifiée capable de tuer les macrophages résidant dans son derme", pour accélérer le processus.

"L'apparence du tatouage ne changeait pas" car "les macrophages morts libéraient le pigment dans la zone les environnant où, au cours des semaines suivantes, ce pigment était réabsorbé par de nouveaux macrophages", a raconté l'Inserm. Cette découverte devrait trouver son application dans l'opération compliquée qui consiste à retirer l'encre, pour effacer un tatouage.

La technique prometteuse consiste en "impulsions laser qui provoquent la mort des cellules cutanées et la libération et fragmentation de leurs pigments", à savoir "l'élimination temporaire des macrophages présents dans la zone du tatouage". Ne reste plus alors qu'à éloigner l'encre par "les vaisseaux lymphatiques qui drainent la peau".
 
AFP/VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Orfèvrerie: une fête traditionnelle dans le Vieux quartier de Hanoï La fête de la maison commune Kim Ngân et de l’orfèvrerie, édition 2018, aura lieu du 22 avril au 2 mai dans cette maison située au 42, rue Hàng Bac, dans le Vieux quartier de Hanoï.