28/03/2021 18:56
La tradition nationale veut que le printemps soit la saison des pèlerinages et des fêtes, sauf que l’épidémie de COVID-19 en a décidé autrement… Mais c’était sans compter sur les collectivités locales qui ont trouvé la solution au problème en alliant fêtes et protocole sanitaire.
>>Les fêtes printanières

Contrôle de la température corporelle des visiteurs avant l’entrée au Temple de la Littérature.
Photo : LD/CVN

L’épidémie étant sous contrôle, la quasi-totalité des sites culturels, historiques, touristiques et des établissements de culte ont rouvert. Les touristes sont donc les bienvenus, mais à condition de respecter le protocole sanitaire. Dans les sanctuaires, les cérémonies sont organisées en format réduit, ce qui vaut pour la durée comme pour le nombre de participants. Par ailleurs, plusieurs postes de contrôle ont été établis pour veiller au strict respect des consignes qui sont affichées aux endroits les plus visibles.

À la citadelle impériale de Thang Long, à Hanoï, les touristes entrent par une porte où sont installés un détecteur de température et une machine désinfectante automatique,

"Grâce à ce dispositif, nous sommes certains que les touristes entrant au site n’ont pas de fièvre et que leurs mains ont été désinfectés, affirme-t-elle. "Nous veillons également à ce qu’ils portent un masque et si nécessaire, nous les divisons en petits groupes, de façon à maintenir une certaine distance entre eux dans les espaces restreints", indique Nguyên Thi Yên, guide en chef du site.

Arrivé à Hanoï juste au moment où le Temple de la Littérature s’est rouvert aux touristes, Vu Quang Tâm, venu de la province centrale de Quang Nam, dit n’avoir aucune crainte.

"Je pense que les premières choses à faire lorsqu’on visite un site sont de se désinfecter les mains, de remplir sa déclaration sanitaire et de porter un masque. Je n’enlève mon masque que pour faire des photos, et uniquement quand il n’y a pas beaucoup de monde autour", explique-t-il

Une parfaite garantie
du respect des consignes sanitaires


Le 1er jour du 2e mois lunaire, soit avec trois semaines de retard, la fête de la pagode des Parfums, dans le district de My Duc, en banlieue hanoienne, a finalement pu être ouverte au public. Le comité organisateur de cette plus grande fête bouddhique du pays a demandé aux pèlerins de porter un masque, de se désinfecter les mains et de remplir leur déclaration sanitaire en ligne. Le personnel médical local procède régulièrement à la désinfection des cabines de téléphérique. Du coup, les pèlerins se sentent rassurés et responsabilisés.

"Nous sommes tellement heureux que la pagode soit enfin rouverte, mais nous sommes aussi conscients de l’importance du strict respect du protocole sanitaire. Vu ces foules immenses, la moindre négligence pourrait être catastrophique", confie Trân Huy Vân, l’un d’entre eux.

La santé étant leur grande priorité, plusieurs localités ont décidé d’annuler certaines fêtes ou d’en réduire l’ampleur, en conservant seulement la partie rituelle et en sacrifiant la partie festive. Le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme a fixé comme condition sine qua non à l’accueil des touristes une parfaite garantie du respect des consignes sanitaires.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le photographe Lâm Duc Hiên, la mémoire du Mékong

Destinations attrayantes de la province de Thanh Hoa Outre ses belles plages, la province de Thanh Hoa (Centre) regorge de destinations attrayantes, comme la réserve naturelle de Pu Lông et le parc national de Bên En.