29/11/2018 17:05
Le Groupe des députés d'amitié avec le Vietnam au sein du Parlement européen (PE) a organisé, le 28 novembre au siège du PE à Bruxelles, un colloque sur les conséquences de l’agent orange au Vietnam.
>>Le Vietnam et les États-Unis traitent plus de 32 ha de terres contaminées de la dioxine
>>Agent orange: la longue lutte pour la justice des victimes se poursuit

Une victime de l'agent orange (droite) dans la province vietnamienne de Quang Binh (Centre).
Photo: VNA/CVN

L’ambassadeur du Vietnam en Belgique, chef de la mission du Vietnam auprès de l’Union européenne, Vu Anh Quang, et des représentants des ambassades étrangères en Belgique et des organes du Parlement européen ont participé à cet événement.

Le président du Groupe des députés d'amitié avec le Vietnam au sein du PE, Jan Zahradil, a déclaré que la priorité du groupe était d'attirer l'attention des citoyens européens sur les problèmes socio-économiques du Vietnam afin de promouvoir les relations du Vietnam avec l'UE et ce colloque sur l'agent orange au Vietnam fait également partie de cet objectif.

Cet évènement visait à trouver des mesures plus appropriées pour régler les conséquences de ce produit toxique déversé par les Américains pendant la guerre. Les intervenants ont souligné que le règlement des impacts délétères de l’agent orange/dioxine ne doit pas se limiter à la désinfection des régions touchées. Il est également nécessaire de venir en aide aux victimes. Celles-ci ont besoin d'aides pour avoir une vie meilleure, a déclaré Chris Keyskens, présidente de l’Association internationale des victimes de l’agent orange en Belgique.

Des collectes de fonds ont été organisées par ladite association. En 2017, plus de 18.400 euros ont été collectés, une somme destinée à aider les victimes à développer des activités économiques et à scolariser leurs enfants.

À cette occasion, le Dr Charles Bailey, ancien directeur du programme de l’agent orange de l’Institut américain Aspen, a présenté son livre, réalisé avec le docteur Lê Kê Son, intitulé De l’ennemi au partenaire: Vietnam, États-Unis et agent orange. Via ce livre, les auteurs ont mis l’accent sur les conséquences de l’agent orange pour l’homme et l’environnement ces 50 dernières années. Les auteurs ont également apprécié les changements notables dans les relations Vietnam - États-Unis depuis que les deux parties coopèrent dans le règlement des séquelles de ce produit toxique.

Depuis 2007, les États-Unis ont participé au traitement des conséquences de l’agent orange/dioxine au Vietnam. Le total des fonds approuvés s’est élevé à ce jour à 136 millions de dollars, la majorité injectée dans le traitement de problèmes environnementaux, la dépollution des aéroports de Dà Nang, Biên Hoà et Phu Cat, les soins des victimes… .

Entre 1961 et 1971, l’armée américaine a déversé sur les forêts du Vietnam environ 80 millions de litres de produits chimiques, dont 61% était de l’agent orange, contenant 366kg de dioxine. Plus de 3 millions d'hectares de forêts ont été détruits. Plus de 3 millions de Vietnamiens souffrent de maladies incurables, des centaines de milliers sont décédés, des centaines de milliers de nouveau-nés sont morts ou sont touchés par des malformations congénitales à cause  de la dioxine.

Pour l’heure, ce produit chimique toxique est toujours présent dans 28 sites au Vietnam. 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’histoire de l’ao dài a son musée privé

ASEAN: la connexion des patrimoines régionaux à l’ère numérique au cœur d’une conférence L’ASEAN est célèbre pour ses nombreux patrimoines naturels et culturels qui sont devenus des destinations attrayantes au niveau mondial. Dans le contexte de développement technologique rapide, la connectivité et la promotion des valeurs patrimoniales dans la région poseront les bases d’un développement durable du tourisme.