06/03/2018 22:03
Un colloque intitulé "Philosophie d'Inamori - question de l'éthique professionnelle dans l'édification de l'organisation" a eu lieu mardi 6 mars à Hanoï.

>>Japon : salon Ceatec, plein écran sur la 3D et autres technologies de pointe
 

Kazuo Inamori, fondateur de deux grandes compagnies japonaises : Kyocera et KDDI. Photo : Archives/CVN

Colloque sur la philosophie d'Inamori était organisé par la Commission d'organisation du Comité central du Parti, en collaboration avec l'Académie des sciences sociales du Vietnam et l'ambassade du Japon au Vietnam.

Ce colloque a présenté la philosophie de gestion d'une organisation selon le point de vue d'Inamori afin d'améliorer la transparence dans les formalités administratives, la prévention et la lutte contre la corruption dans l'appareil administratif de l'État et dans les entreprises publiques. Des expériences visant à améliorer l'efficacité des activités de l'organisation, à valoriser le facteur humain, à créer un environnement de travail sain et positif, ont été partagées à cette occasion.

À noter que Kazuo Inamori est le fondateur de deux grandes compagnies japonaises : Kyocera et KDDI. Reconnu en tant que grand entrepreneur,  il est aussi connu pour sa vision altruiste du management. Retour sur le parcours atypique du chef d’entreprise bouddhiste.

Kazuo Inamori est né le 30 janvier 1932 à Kagoshima au Japon. En 1959, il crée Kyocera Corporation, une entreprise spécialisée dans les composants céramiques, électroniques, l’équipement de bureau et la téléphonie.  En 2000, il crée KDDI, opérateur de télécommunications. Les deux entreprises réunies pèsent 53 milliards d’euros de chiffre d’affaires et emploient  100.000 salariés dans le monde. KDDI détenait à elle seule 28% des parts de marché du secteur en 2008.

Outre le succès de ses compagnies, Kazuo Inamori est également moine bouddhiste. Cela fait de lui une figure emblématique au Japon de par son initiative du management altruiste : un management inspiré par la philosophie bouddhiste. En effet, il explique que le partage serait bénéfique à la croissance de l’entreprise. La prise en compte des autres permet de rétablir un équilibre. Le modèle capitaliste est "fondé sur l’égoïsme et cela génère des problèmes comme les inégalités entre les riches et les pauvres et des déséquilibres sociaux", affirme-t-il. C’est sur cette théorie qu’il décide de diriger ses sociétés.  Cette organisation évite également les discordes au sein même de l’entreprise, ce qui permet d’échapper aux conflits. Il s’appuie sur son expérience pour prouver que sa théorie fonctionne. Sa philosophie précise qu’il faut, bien entendu, garder ses objectifs, mais que notre satisfaction doit être liée à la satisfaction de l’autre. On ne peut faire de bénéfices sans espérer que nos partenaires en fassent aussi. C’est sur ce fonctionnement que doit évoluer le management selon lui.

En 1985, il crée le prix de Kyoto, une récompense internationale décernée aux personnes ayant contribuées à l’avancement de la science.

En 2010, le gouvernement japonais fait appel à Kazuo Inamori pour prendre la présidence de Japan Airlines au bord de la faillite. Il dirige l’entreprise avec la même philosophie, ce qui lui vaut 1,4 milliard d’euros de bénéfices la première année et 1,6 milliard la deuxième année. Depuis, la compagnie aérienne a maintenu un taux de bénéfices supérieur à 10%.

Pour Kazuo Inamori, les relations humaines et relations d’entreprises sont intimement liées. La concrétisation de ses objectifs ne doit pas empiéter sur les objectifs de l’autre et son bien-être. Comme l'affirme son slogan, le principal est de "respecter la création et aider les hommes". Cette stratégie a su faire ses preuves notamment au sein des compagnies qu’il a pu diriger. Toutes ses idées ont su conquérir un public de professionnels ayant foi dans un management plus humain.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.