27/04/2017 11:03
Quinze spécialistes français d’universités de médecine et d’instituts de recherche et de prévention du cancer de France, ainsi que des spécialistes de premier rang du Vietnam, participent du 26 au 28 avril au colloque franco-vietnamien sur le cancer du sein, à l’Hôpital K de Hanoï, qui est spécialisé en oncologie.
>>Une maladie dangereuse mais...

Colloque franco-vietnamien sur le cancer du sein, du 26 au 28 avril à l’Hôpital K de Hanoï. Photo : Câm Sa/CVN

L’objectif de ce colloque franco-vietnamien sur le cancer du sein est d’actualiser les connaissances en matière de diagnostic et de traitement et du cancer du sein, et de présenter les travaux de recherche menés dans le monde. Des spécialistes français dispenseront également de perfectionnement professionnel à des médecins vietnamiens.

D’après le docteur Trân Van Thuân, directeur de l’Hôpital K, le nombre de cancéreux au Vietnam augmente de plus en plus. «Parmi les nombreux types cancers, celui du sein connaît une forte progression chez les femmes, avec 28,1 cas sur 100.000 femmes» informe-t-il, avant d’ajouter que, cependant, le Vietnam et, plus particulièrement l’Hôpital K, ont obtenu de remarquables succès dans le traitement et la lutte contre cette maladie, en applicant des techniques avancées comme celle de la localisation à l'aiguille, qui consiste à insérer une aiguille creuse dans une masse détectée dans le sein afin d’y accrocher un mince fil mince qui guide ensuite le chirurgien pour effectuer un prélèvement à fin de biopsie - en complément d’une mammographie ayant détecté une masse non palpable - ou une ablation de cette masse.

La mise en application des technologies avancées contribue à déceler précocement des tumeurs, permettant d’améliorer l’effectivité du traitement.
Photo : Duong Ngoc/VNA/CVN

«Celle-ci a contribué à déceler précocement des tumeurs, permettant d’améliorer l’effectivité du traitement», souligne le docteur Lê Hông Quang, chef du service de chirurgie sénologique de l’Hôpital K.

«Il faut bien comprendre qu’en cas diagnostic précoce, nous pouvons extraire la tumeur maligne au lieu de procéder à une mastectomie, ce qui évite aux patientes un choc psychologique très lourd et de conserver le moral pour lutter contre la maladie», ajoute-t-il.

Grâce à l’emploi de nouvelles technologies, le taux de survie à plus de cinq ans après traitement à l’Hôpital K est de 85,6 % actuellement, contre 67,7% durant la décennie 1990.

«Pour lutter contre le cancer du sein, il est absolument nécessaire que les femmes apprenne à vérifier régulièrement leurs seins afin de permettre un dépistage précoce», insiste le docteur Lê Hông Quang.

Transfert des technologies et des techniques de traitement

Dans son intervention sur l’épidémiologie du cancer du sein, le Professeur Philippe Autier, de l’Institut international de recherche et de prévention du cancer de Lyon, a déclaré que le diagnostic du cancer du sein est un résumé des tumeurs malignes affectant le sein et ayant des évolutions cliniques diverses.

Rencontre entre la ministre de la Santé, Mme Nguyên Thi Kim Tiên (gauche), et 15 spécialistes français, le 26 avril à Hanoï. Photo : Duong Ngoc/VNA/CVN

Selon les estimations d’un outil pour les cancers dans le monde (Globocan) pour 2012, le Vietnam recensait 11.067 nouveaux cas de cancer invasif du sein, et 4.671 décès dus à ce type de cancer.

Dans le cadre de ce colloque international, Philippe Autier a souhaité un renforcement de la coopération franco-vietnamienne dans le traitement du cancer du sein. Il s’agit d’envoyer des médecins vietnamiens en France pour des formations théoriques et pratiques en milieu hospitalier, et d’envoyer des spécialistes français au Vietnam, notamment à l’hôpital K, afin de transmettre des technologies et des techniques de traitement, notamment en matière de chirurgie.

Pendant les trois jours de ce colloque international, une trentaine de rapports seront présentés par des spécialistes français et vietnamiens, entre autres, «Imagerie mammaire diagnostique et thérapeutique en 2016 », «Mise à jour des techniques de chirurgie et de reconstruction dans le cancer du sein», «Radiothérapie dans le cancer du sein : standard et options», «Particularités de la prise en charge du cancer du sein chez la femme âgée».

À cette occasion, ces 15 spécialistes français ont été accueillis, le 26 avril, par la ministre de la Santé, Mme Nguyên Thi Kim Tiên. Cette rencontre était destinée à échanger des informations sur le cancer du sein, et à discuter de mesures de prévention et de lutte contre cette maladie. Mme Tiên a également souhaité une coopération étroite de la France en oncologie, et plus particulièrement dans le traitement du cancer du sein.
 
 Câm Sa/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand l’héritage architectural français au Vietnam se dévoile

Dà Nang vise neuf millions de touristes d'ici 2020 La ville de Dà Nang est devenue une destination populaire pour les touristes nationaux et étrangers ces dernières années. La ville a été honorée l'année dernière comme "la principale destination en Asie en termes de festivals et d'événement festifs", lors du gala du Prix mondial de Voyage - Asie & Australie.