29/05/2019 17:28
L'homme suspecté d'avoir fait exploser un colis piégé à Lyon s'avère "peu loquace". Si sa personnalité se dessine peu à peu, et que des éléments l'accablent, ses motivations restaient encore mystérieuses au lendemain de son interpellation.
>>Explosion d'un colis piégé à Lyon: 13 blessés légers, un suspect recherché
>>Deux hommes, interpellés à Toulon, placés en garde à vue

Des enquêteurs sur les lieux de l'attaque au colis piégé qui a fait 13 blessés légers à Lyon, le 25 mai. Photo: AFP/VNA/CVN

Mohamed Hichem M., un Algérien de 24 ans, était en cours de transfert en soirée vers la région parisienne où sont basés les magistrats spécialisés dans les affaires de terrorisme, selon une source proche du dossier. Il avait été arrêté lundi matin 27 mai à la descente d'un bus dans le 7e arrondissement de Lyon.

Le jeune homme ne serait pas très coopératif, selon une source proche du dossier. L'enquête a en revanche déterminé que "le profil génétique retrouvé sur les éléments de l'engin retrouvé sur les lieux de l'explosion correspond à celui du principal suspect".

Et, lors des perquisitions menées au domicile familial d'Oullins, dans la proche banlieue lyonnaise, "des éléments susceptibles d’entrer dans la composition du TATP (un explosif, ndlr) ont été retrouvés", a indiqué cette source.

À ce stade, les enquêteurs n’ont en revanche pas retrouvé d’indices permettant d’éclairer les motivations du jeune homme, qui demeurent mystérieuses.

Quant aux analyses du matériel informatique et numérique saisis à son domicile, elles étaient toujours en cours, a précisé cette source.

Dans la matinée, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, l'avait présenté sur CNews comme "assez peu loquace".

Un voisin de sa résidence d'Oullins décrivait au contraire un jeune homme "plutôt agréable, serviable" qui "faisait du sport". Mais la plupart des habitants de sa "résidence des Ifs" ne voient pas du tout qui il est, avalisant la piste d'une personnalité très discrète. Voire "très renfermée", comme le décrit la source proche du dossier.

"Tous les matins il partait soi-disant à son boulot. Mais on ne savait pas qu'il ne travaillait pas en fait", ajoute un voisin de pallier.

Un développeur sans activité

Mohamed Hichem M. est effectivement "sans activité". Il avait été d'abord présenté comme un "étudiant en informatique", mais l'école lyonnaise où il était supposé être inscrit a précisé qu'il n'avait jamais fait partie de l'établissement. "Il y a deux ans, il s'était +désinscrit+ avant la rentrée suite au refus de la délivrance de son visa".

"Il avait des visas de court séjour et il a fait ensuite une demande de visa étudiant pour rentrer dans une école. Il n'a pas eu de visa étudiant", confirme de son côté le ministre de l'Intérieur.

Un policier sécurise les lieux de la perquisition à Oullins, près de Lyon, le 27 mai. Photo: AFP/VNA/CVN

Sur son profil LinkedIn, il se décrit comme "développeur", étudiant de l'université d'Oran Es-Sénia. Sur sa photo de profil, il apparaît très souriant, le visage orné de fines lunettes et d'une barbe de trois jours.

Malgré tous ces éléments, le mystère demeure sur ses motivations. Voulait-il tuer ? Est-ce la piste d'un radicalisé ?

Pour Christophe Castaner en tous cas, il ne fait "pas de doute" qu'il s'agit bien du responsable de cette attaque qui a fait 13 blessés légers.

"Procédé technique très performant"

"Dès le début, il y avait un caractère étrange entre la disproportion d'un procédé technique très performant et un volume d'explosif très faible. Il y a de vraies incohérences dans ce dossier", a ajouté le ministre.

Les déclarations du ministre de l'Intérieur, après celles de son prédécesseur et maire de Lyon, Gérard Collomb, qui avait annoncé lundi 27 mai l'arrestation d'une deuxième personne, ont entraîné une mise au point du procureur de Paris Rémy Heitz: le magistrat a rappelé qu'il était "le seul" autorisé à rendre publics des éléments couverts par le secret de l'enquête.

L'explosion de ce colis piégé avait suscité une forte émotion à Lyon, épargnée jusqu'à présent par les attaques.

Vendredi 24 mai vers 17h30, un jeune homme à vélo électrique, avec casquette et lunettes de soleil, avait déposé devant une croissanterie d'une rue piétonne un sac en papier contenant des vis, des billes de métal, des piles, ainsi qu'un circuit imprimé et un dispositif de déclenchement à distance.

Les enquêteurs ont pu suivre son itinéraire à vélo grâce au croisement de la vidéosurveillance des communes de Lyon et Oullins. L'exploitation de ses données téléphoniques et des achats effectués sur Internet a également permis de remonter jusqu'à lui.

Lors de son interpellation lundi matin 27 mai par la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) de la police judiciaire lyonnaise, il n'a pas opposé de résistance.

Très rapidement sa mère, son père et son frère ont aussi été arrêtés et placés en garde à vue.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France aide Lilama 2 pour la formation professionnelle

Ancien village des pêcheurs, un musée impressionnant De nombreux objets, équipements et outils servant à produire le nuoc mam (saumure de poisson) et différents vestiges sur la vie des pêcheurs ainsi que sur la culture des habitants locaux sont immortalisés à l’Ancien village des pêcheurs de la ville côtière de Phan Thiên, province de Binh Thuân (Centre).