07/10/2017 18:20
Personne n'échappe aux embouteillages notoires de Jakarta et l'île de Java, pas même le président indonésien. Coincé jeudi 5 octobre dans un bouchon monstre, il est descendu de sa voiture et a fait 2 km à pied pour assister à un défilé militaire.
>>La version française de Forbes arrive le 6 octobre dans les kiosques
>>À Hong Kong, l’appétit pour les nouilles ne mollit pas

Le président indonésien Joko Widodo, bloqué dans un embouteillage, est descendu de sa voiture pour se rendre à pied à un défilé militaire, le 5 octobre 2017 à Jakarta.
Photo : AFP/VNA/CVN

En route pour cette cérémonie marquant le 72e anniversaire de la création de l'armée de l'archipel d'Asie du Sud-Est à Cilegon, ville portuaire dans l'ouest de Java, Joko Widodo et des responsables de l'État se sont soudain retrouvés bloqués dans le trafic, a indiqué le palais présidentiel dans un communiqué.

Après avoir patienté une demi-heure dans son véhicule, "le président a décidé qu'il marcherait" jusqu'au lieu de la cérémonie, a précisé un garde du corps du chef de l'État, Ili Dasili.

Le directeur de la police nationale, Tito Karnavian, bloqué dans le même embouteillage, a lui aussi abandonné sa voiture et rejoint le président à pied.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent le président se déplaçant entouré d'une escouade d'agents de sécurité, pendant que des passants sur la route l'appellent et scandent son nom.

Des internautes n'ont pas manqué de réagir à l'événement: "comment se fait-il que le président ait dû marcher deux kilomètres pour rejoindre le lieu du défilé de l'anniversaire militaire? Pourquoi ne lui a-t-on pas accordé le privilège de quitter la route ou de le transporter en hélicoptère?", a écrit Pujithegooners sur son compte Twitter.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’agriculture bio, une tendance inéluctable au Vietnam

Têt du Chien : plus de 18.000 visiteurs au mausolée de Hô Chi Minh De nombreux Vietnamiens et touristes étrangers ont rendu hommage au Président Hô Chi Minh en son mausolée à l'occasion du Têt du Chien 2018.