31/01/2020 08:00
À l’occasion des fêtes des Muong à Hoà Binh, le cô lá, cet assortiment de plats sur des feuilles de bananier, est incontournable. Il est même considéré comme caractéristique de la culture culinaire de cette ethnie minoritaire.

>>Bientôt la Semaine de la culture, du tourisme de Hoà Binh 2019
>>Têt et traditions des Muong à Hoà Binh
 

Le "cô lá" (plateau de plats sur des feuilles de bananier) est caractéristique de la culture culinaire Muong. 


La fête du Nouvel An lunaire ou Têt est le moment le plus important car il marque la transition de la vieille année vers la nouvelle. Lors du Têt, les Vietnamiens, quel que soit leur métier, quel que soit l’endroit où ils vivent, ont le même souhait de se retrouver en famille.

Au Nord, dans la froideur de l’hiver, se réunir ensemble le dernier après-midi de l’année autour de plats, s’échanger les meilleurs vœux d’une nouvelle année pleine de bonheur et de prospérité constituent une tradition porteuse de sens pour tout le monde.

Le Vietnam comprend 53 ethnies. Et chez les minoritaires, ce sont les Muong qui sont majoritaires! Ils sont en effet près d’un million à vivre dans les régions montagneuses du Nord, essentiellement dans la province de Hoà Binh.

La célébration du Têt des Muong de Hoà Binh commence le 27e  jour du 12e  mois lunaire. Tous les villages s’animent.


Le "xôi ngu sac". 


Il y a beaucoup de beaux paysages, d’us et coutumes du Têt méritant d’être découverts. Les touristes s’y rendent pour respirer l’air pur, admirer la floraison des pêchers sur les pentes des montagnes, s’émerveiller devant les paysages et la splendeur des tenues traditionnelles, et surtout  découvrir le fameux cô lá (plateau de plats sur des feuilles de bananier), caractéristique de la culture culinaire Muong.

Le cô lá destiné au culte des ancêtres

À l’occasion des fêtes, notamment du Têt traditionnel, pour rendre hommage et exprimer vénération et reconnaissance envers les ancêtres, les femmes Muong cuisinent ce plateau de  plats qui est déposé sur l’autel. 


Les feuilles de bananier fraîches sont exposées au feu pour être déshydratées. Elles vont apporter l’arôme des montagnes et forêts. Pour les Muong, la pointe d’une feuille de bananier représente le "Muong Sang" (les vivants), tandis que la base  symbolise le "Muong Tôi" (les morts ou aussi fantômes). Le "Muong Sang" entre toujours à la maison, au contraire du "Muong Tôi". Donc, quand on prépare le cô la destiné au culte des ancêtres, la pointe des feuilles est orientée vers la porte.
 

Les filles Muong en tenue traditionnelle.

Les mets du cô lá sont joliment présentés sur le plateau de feuilles. Ils symbolisent le souhait d’une vie en harmonie avec la nature, les montagnes et forêts, ainsi que la terre où les Muong habitent.  

Ces mets comprennent cuôn - rouleaux (omelette fine, giò lua +pâté de viande de porc pilé et bouilli+ haché finement, herbes aromatiques et échalotes), pousses de bambou bouillies, plats à partir de fleurs de bananier ou encore canh chuôi (jeune bananier haché finement avec du bouillon de tripes de porc).

Il y a aussi le xôi ngu sac (riz gluant aux cinq couleurs), qui doit son nom aux cinq couleurs qui la caractérisent : rouge, jaune, vert (ou violet), noir et blanc. Ces couleurs représentent les cinq éléments de base du Cosmos. Les Muong utilisent différentes herbes et légumes sauvages pour colorer le riz. Pour le rouge, l’emploi de chair de momordique, pour le noir, de la feuille de thau, pour le jaune, de vieux curcuma, et pour le vert, de feuille de gingembre. Après trempage, le riz est cuit à la vapeur...

Aujourd’hui, la vie des Muong à Hoà Binh est plus aisée et plus paisible qu’autrefois. C’est pourquoi qu’en dehors des fêtes, le cô la est devenu un plateau de plats quotidien très populaire exprimant l’hospitalité envers un hôte.

 
Texte et photos : Thu Huong/CVN

 



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Will Phap, le vlogger français à Hanoï