05/12/2010 02:56
À l'occasion de la 16e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CdP-16), qui se déroule à Cancún (Mexique) du 29 novembre au 10 décembre, l'Institut de l'énergie et de l'environnement de la Francophonie (IEPF) poursuit son soutien aux négociateurs francophones en organisant plusieurs manifestations :
- 28 novembre : un atelier préparatoire sur les enjeux et perspectives de cette conférence, au cours duquel l'IEPF présentera son guide des négociations à l'intention des négociateurs francophones.

- 30 novembre : un atelier, en marge de la conférence, présentant les résultats des études sectorielles préliminaires et approfondies réalisées dans le cadre du projet NECTAR (Négociations Climat pour Toute l'Afrique Réussies).

- 9 décembre : une concertation ministérielle présidée par la Suisse, actuel président du Sommet de la Francophonie, où ministres, chefs des délégations francophones et partenaires au développement débattront des principaux enjeux du nouveau régime de gestion du climat après 2012 et de l'issue des négociations à la conférence, ainsi que de la mise en œuvre du "volet développement durable" de la Déclaration de Montreux, adoptée lors du 13e Sommet de la Francophonie (Montreux, 22-24 octobre 2010).

Tout au long du Sommet, un kiosque d'informations mettra à disposition des ressources sur les enjeux des négociations et les actions de la Francophonie dans le domaine des changements climatiques.

Objectifs communs contre le changement climatique

Le Sommet de Cancún doit réunir la communauté internationale afin de trouver un accord sur les objectifs communs de lutte contre le changement climatique, l'objectif étant de trouver un ensemble de mesures qui posent les jalons d'un nouvel accord sur le climat qui puisse être adopté en Afrique du Sud fin 2011.

Les négociations préalables à la conférence s'articulent autour des objectifs et des mesures de réduction des gaz à effet de serre qui seront contraignants pour les pays industrialisés et les pays nouvellement industrialisés. Par ailleurs, les parties contractantes (plus de 190) à la convention climatique de l'ONU et les États membres du Protocole de Kyoto poursuivent leurs négociations. Celles-ci portent sur l'adaptation aux changements climatiques déjà survenus, sur les soutiens financiers et technologiques, dont les pays en développement ont besoin pour faire cette adaptation, et sur une vision commune de l'adaptation future au climat.

Les négociations s'appuient sur l'accord qui a été élaboré fin 2009 lors de la Conférence de Copenhague sur le climat et accepté depuis par la grande majorité des parties contractantes.

OIF/CVN
(05/12/2010)
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

Îles et fêtes des villages de pêche La moitié du territoire vietnamien est bordée par la mer, le pays possède ainsi de nombreuses belles îles. L’idéal pour se retirer loin de l’animation effrénée des grandes villes.