16/06/2021 07:42
Depuis le début du COVID-19, les écoles ont dû adopter de nouvelles méthodes de formation en ligne. Internet est ainsi la solution pour que des millions d’élèves puissent continuer leur scolarité. Un vrai enjeu.

>>Enseignants et gestionnaires, acteurs essentiels de la digitalisation
>>Un système éducatif sur la voie de la numérisation
>>Intégrer la technologie dans les pratiques d’enseignement
>>La transformation numérique de l’éducation, une tendance

Une heure d'apprentissage en ligne de Gia Bach. 

La pandémie de COVID-19 a fait subir aux systèmes éducatifs un choc sans précédent dans l’histoire, perturbant la vie de près de 1,6 milliard d’élèves et d’étudiants dans plus de 190 pays sur tous les continents. Et le Vietnam n’a pas été épargné par ce tsunami.

Cette année, l’ambiance estivale est inhabituelle, du fait de la 4e résurgence pandémique qui sévit dans plusieurs localités du pays. Un casse-tête posé aux acteurs de l’éducation et même aux parents : comment se dérouler les cours et les concours ? Pour les écoles, la solution s’est trouvée dans les outils disponibles en ligne. 

C’est le 2 mai que le Service municipal de l’éducation et de la formation de Hanoï a stoppé la scolarité normale des élèves de la capitale en raison de la recrusdescence du virus.

Dès le lendemain, l’École privée de V, dans l’arrondissement de Hai Bà Trung, a transformé les cours traditionnels en cours en ligne. Pendant environ un mois, toutes les activités scolaires ont été mises en œuvre par Internet, via l’application électronique de l’école. Examens, achat de livres, rapport de résultats, réunion de parents, tout s’est passé à distance et en ligne !

Nouveaux outils, nouvelles pratiques

Lundi matin, 07h45. À l’heure du cours de maths, les écoliers en 4e année primaire démarrent leur ordinateur puis accèdent à la plate-forme de la classe où ils voient facilement les disciplines, l’horaire ainsi que les leçons. L’ambiance sérieuse rassemble à un cours en salle.

À 08h00, les cours commencent. L’enseignante diffuse sur l’écran les contenus des leçons. Le micro et la caméra sont toujours disponibles pour assurer que les élèves soient attentifs pendant tous les cours. Chaque séance d’enseignement dure entre une heure et une heure et demie, avant de faire des pauses. Ce temps entre les cours n’est pas libre pour autant ! En effet, c’est dans ce laps de temps que les écoliers finissent leurs devoirs que leurs enseignants ont postés sur la plate-forme. Les cours de l’après-midi sont plus légers et n’intègrent qu’une pause de 10 minutes. La journée se termine à 15h00.

Bien que les écoliers ne se rencontrent que via l’écran de l’ordinateur, les séances se déroulent de manière dynamique, y compris pour les plus jeunes en école primaire. Gia Bach, un élève en 4e classe d’une école primaire à Hanoï, déclare : "Je suis très enthousiaste avec les cours en ligne. Lorsque je ne comprends pas bien la leçon, je demande à l’enseignant de m’aider en fin du cours ou bien je peux revoir les leçons déjà publiées sur la plate-forme. Bien que je ne rencontre pas mes amis pour faire du sport comme à l’école, je peux également échanger et travailler avec eux sur les sujets des cours"

Avant chaque examen, les élèves ont l’occasion de réviser à plusieurs reprises une multitude d’exercices insérés dans le programme d’en-seignement virtuel. Une nouveauté qui leur permet de s’exercer davantage et sans pression avant le jour de l’examen.

À l’échelon universitaire, la formation en ligne offre de nombreux avantages aux étudiants. "L’apprentissage en ligne me permet de mieux comprendre les leçons car en restant devant l’écran, je peux entendre très clairement ce que dit mon professeur et je ne suis pas dérangée par les nombreux bruits émanant des grands amphithéâtres. Je dirais qu’en présentiel, je ne saisis que 60% du contenu de la leçon", partage Phuong Anh, une étudiante en 2e année à l’Université de droit de Hanoï.

Pour Anh Quân, un professeur de la même école, ce n’est la première fois qu’il donne des cours en ligne. Il est donc bien placé pour en comprendre les avantages : "Ce mode d’enseignement permet aux étudiants d’apprendre n’importe quand et n’importe où. De plus, nous essayons toujours de modifier les contenus de formation avec de nombreux exemples. De cette manière, les leçons en ligne captivent davantage mes étudiants que l’apprentissage traditionnel en classe peut le faire !".

Inégalité d’accès 

Un cours de maths de la 1re année primaire de l’école V.

Les avantages qu’offre l’appren-tissage en ligne semblent ainsi nombreux. Néanmoins, ce n’est pas parfait. Des inconvénients existent et des doutes perdurent chez certains parents. C’est le cas par exemple de Phan Anh, une fonction-naire étatique, qui s’inquiète : "Je suis assez inquiète parce que le concours d’entrée au collège de ma fille approche. Mes deux enfants sont très à l’aise avec l’apprentissage en ligne mais qui dit qu’il n’y aura pas de tricherie pendant l’examen ? Les résultats des tests à distance pourraient être facilement faussés".

L’enseignement en ligne pose aussi la question de l’inégalité devant les outils numériques. En effet, beaucoup d’enfants, vivant en zones montagneuses par exemple, n’ont pas accès à ce mode d’apprentissage en raison du manque d’ordinateurs ou de connexion Internet. Et quand ceux-ci sont à disposition, le manque de connaissances en la matière peut également très facilement décourager et pénaliser les enfants.

Le 31 mai, tous les membres de la classe de Gia Bach se réunissent devant l’écran, avec un gâteau et une boisson de fête, pour dire au revoir à une année si spéciale. Ainsi, si l’apprentissage en ligne a permis à des millions d’enfants au Vietnam de continuer leur scolarité, la plupart d’entre eux ont hâte de revoir leurs camarades en chair et en os sur les bancs de l’école.

Texte et photos : My Anh/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.