04/08/2018 14:58
Les héros français du dernier Tour de France, Julian Alaphilippe et Pierre Latour, ainsi que Tony Gallopin, vainqueurs en 2013 et 2e l'an passé, seront au départ de la Clasica San Sebastian, samedi 4 août dans le Pays Basque, avec de sérieuses chances de victoire.
>>Tour de France: aucun cas de fraude technologique
>>Tour de France: Geraint Thomas remplace Chris Froome en haut des "Champs"

Le Français Julian Alaphilippe lors de la dernière étape du Tour de France, le 29 juillet.
Photo: AFP/VNA/CVN

Alaphilippe, vainqueur de deux étapes de montagne sur la Grande Boucle avec en prime le maillot à pois du meilleur grimpeur sur les Champs-Élysées, a de réelles chances de s'imposer après les 229 kilomètres d'un parcours sélectif parsemé de nombreuses côtes, dont deux de 2e catégorie et une de première, le fameux Jaizkibel, à escalader à deux reprises.

Mais sa tâche s'annonce très difficile d'autant que quatre des cinq premiers de 2017 seront encore présents: Gallopin, bien sûr, qui avait été battu par le Polonais Michal Kwiatkowski (Sky) qui a préféré s'aligner au Tour national cette année, Bauke Mollema, 3e, Tom Dumoulin, 4e, et Mikel Landa, 5e et un autre des grands favoris samedi 4 août.

"C'est une course difficile où les puncheurs peuvent rivaliser avec les grimpeurs", a résumé Gallopin ajoutant qu'il était "heureux de retrouver la Clasica San Sebastian, une course que j'adore".

L'autre membre du trio tricolore, Latour, couronné meilleur jeune du dernier Tour, pourra servir de soutien à son coéquipier Gallopin, bien reposé après son abandon au Tour, au sein de l'équipe AG2R.

En dehors des Français et du quatuor de l'édition 2017, Adam Yates (Mitchelton-Scott), Primo Roglic (Lotto NL), Greg Van Avermaet (BMC) ainsi que Dan Martin (UAE Team Emirates) sont de sérieux prétendants.

Roglic, 4e du dernier Tour et vainqueur d'une étape de montagne (la 19e), fera tout pour remporter la Clasica après avoir manqué de peu le podium à Paris après un contre-la-montre décevant.

Enfin, les montagnards colombiens Egan Bernal, brillante locomotive de la Sky sur les pentes du Tour de France, et Sebastian Henao ont également leur carte à jouer, tout comme Mollema (Trek-Segafredo), vainqueur en 2016.

Le tracé 2018 ressemble beaucoup à celui où Kwiatkowski avait battu Gallopin avec trois cols de 3e catégorie, un de deuxième, l'Alto de Iturbutu, pour la mise en jambes juste avant la zone de ravitaillement. Les coureurs ont tout intérêt à bien s'alimenter puisque se présentera ensuite devant eux la première montée du Jaizkibel, suivie dans la foulée par le second col de 2e catégorie, l'Arkale.

Enfin, les derniers costauds et les meilleurs grimpeurs se départageront sur une courte mais pentue montée du Murgil Tontorra, qui comprend notamment une portion à 22%. Celui ou ceux qui parviendront à son sommet en premier n'ont plus ensuite qu'une descente à effectuer où la ligne d'arrivée et la victoire les attendra à moins de 8 km.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.