16/06/2021 17:47
Les marchés émergents de l'ASEAN tels que l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam ont été désavantagés par la crise de COVID-19, qui a accru les défis auxquels ces pays font face, selon les experts de McKinsey.

>>Énergie éolienne : la BAD accorde un prêt de 116 millions d'USD au Vietnam
>>Plus de 10 milliards d’USD de pertes pour les banques
 

Le Vietnam cherche à accélérer son cheminement vers un avenir moins carboné.
Photo : VNA/CVN


Selon McKinsey, les cinq leviers clés pour accélérer la reprise économique des pays d'Asie du Sud-Est et jeter les bases d'une croissance à long terme comprennent les pôles de fabrication, les infrastructures vertes, les investissements numériques, le formation des talents et les industries agroalimentaires à haute valeur ajoutée.

Centre de production

Les économies de l'ASEAN ont la possibilité d'attirer de nouveaux investissements dans les industries à fort besoin de main-d'œuvre. En Asie, entre 2000 et 2017, le taux de croissance dans les régions économiques clés a été plus rapide qu'ailleurs. Un autre changement est le nombre croissant de cadres supérieurs dans la région, visant à diversifier les chaînes d'approvisionnement de la Chine vers d'autres pays asiatiques.

Le Vietnam est considéré comme faisant bon usage de cette tendance. Ce pays est une destination attractive pour les "géants" de l'industrie manufacturière électronique comme Google ou LG qui y implantent des usines de smartphones. Le Vietnam est bien placé pour continuer à attirer les investissements directs étrangers, d'autant plus que les fabricants renforcent et diversifient leurs chaînes d'approvisionnement en réponse à la pandémie.

Infrastructures vertes

Le Vietnam cherche à accélérer son cheminement vers un avenir moins carboné grâce à un nouveau plan national. Cette proposition comprend une réduction significative du plan de développement des centrales à charbon, tout en augmentant la part du renouvelable de 13% à 25% dans le bilan énergétique du pays.

Avenir numérique

Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, l'utilisation des technologies numériques est rapidement passée de prioritaire à obligatoire. Les entreprises doivent fournir des installations pour le travail à distance des employés, ainsi que créer des canaux de commerce électronique pour soutenir les consommateurs. Cette transition radicale pourrait laisser les PME de côté, aussi  les gouvernements doivent prévoir des programmes de soutien.

Formation des talents

Le quatrième levier de croissance est l'accompagnement de la formation et du redéploiement à grande échelle pouvant faire face aux interruptions de travail liées au COVID-19.

Avant que la pandémie ne frappe, les chefs d'entreprise avaient déjà préparé des plans liés au personnel dans un contexte d'automatisation et d'influence croissante des technologies numériques. Le ralentissement économique actuel accélère le processus de suppression d'emplois.

Cependant, le changement radical vers le commerce électronique nécessitera probablement davantage de travailleurs qualifiés. Les gouvernements des pays de l'ASEAN peuvent remédier à cette tendance en soutenant la prestation de services, la formation et le financement de la mise en œuvre.

Promotion de l'industrie agroalimentaire

Le  chômage de masse dû à la crise sanitaire a plongé des centaines de millions de personnes dans une précarité alimentaire. La pandémie a également modifié la structure de la demande de nourriture et perturbé l'approvisionnement.

Les PME peuvent être touchées par ces perturbations car elles peuvent ne pas avoir les ressources nécessaires pour durer plus longtemps. Les gouvernements de l'ASEAN peuvent se concentrer sur l'amélioration de la productivité des agriculteurs pour promouvoir la compétitivité des produits agricoles.

 

CPV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.