21/04/2020 08:35
La valeur du baril de pétrole coté à New York WTI pour livraison en mai a chuté lundi 20 avril en dessous de zéro à la fin d'une séance infernale, les investisseurs cherchant désespérément à se débarrasser de certains barils dans un marché saturé.
>>Asie : le baril de brut américain sous les 15 USD, chute de près de 20%
>>L'OPEP et ses alliés envisagent une baisse de 19,5 millions de barils par jour

Un site d'extraction de pétrole à Cotulla, Texas, le 12 mars 2019.
Photo : AFP/VNA/CVN

Un phénomène qui est venu se combiner avec la chute brutale de la demande à cause de la paralysie économique provoquée par la pandémie.

C'est "sans précédent" et "complètement irréel", remarque Louise Dickson, spécialiste du marché pétrolier pour le cabinet Rystad Energy. Le contrat de WTI pour livraison en mai expirant mardi 21 avril à la clôture, ceux qui en détiennent doivent en effet trouver au plus vite des acheteurs physiques.

Mais comme les stocks ont déjà énormément gonflé aux États-Unis ces dernières semaines, ils ont été contraints non seulement de brader leurs prix pour les convaincre de se saisir de leurs barils, mais de les rémunérer pour le faire. "Et ils ont payé cher", souligne Mme Dickson.

Le baril de 159 litres de pétrole brut coté à New York, qui s'échangeait encore à 60 dollars en début d'année et à 18,27 USD vendredi soir 17 avril, a finalement terminé à -37,63 USD après un plongeon épique, jamais vu sur le marché pétrolier. Le baril de WTI n'était jamais tombé en dessous de 10 USD depuis la création de ce contrat en 1983.

La situation devrait toutefois s'améliorer dans les jours à venir, estiment plusieurs analystes. "Il est un peu trompeur de se focaliser sur le contrat de mai", souligne ainsi Matt Smith, expert du marché pétrolier pour ClipperData. "Il y a beaucoup plus d'échanges sur le baril pour livraison en juin". Et ce dernier a un peu mieux résisté : il a baissé de "seulement" 18% lundi 20 avril pour finir à 20,43 USD, ce qui traduit l'espoir du marché que la descente aux enfers va s'enrayer dans les semaines à venir.

Le baril de Brent de la mer du Nord, référence européenne cotée à Londres, a été aussi beaucoup moins affecté puisqu'il n'a cédé que 9%, pour terminer à 25,57 USD.

Une plate-forme petrolière.
Photo : AFP/VNA/CVN

Reste que le marché du pétrole s'effondre depuis plusieurs semaines alors que les restrictions de déplacements dans de nombreux pays et la paralysie de nombreuses économies à cause de la crise du coronavirus ont fait fondre la demande. Et les investisseurs s'attendent à pire encore puisqu'une profonde récession s'annonce dans le monde.

Côté offre, le marché a été inondé de pétrole à bas coût après que l'Arabie Saoudite, membre éminent de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a lancé une guerre des prix avec la Russie pour obtenir un maximum de parts de marché.

Les deux pays ont mis un terme à leur différend au début du mois en acceptant, avec d'autres pays, de réduire leur production de près de 10 millions de barils par jour pour stimuler les marchés touchés par le virus. Donald Trump - qui a joué un rôle dans les négociations - a même évoqué une baisse de 20 millions de barils par jour. Mais les prix ont continué à dégringoler quand il est devenu clair que les réductions promises ne suffiraient pas à compenser l'effondrement de la demande.

Marché enclavé 

Dans ce contexte de marché "extrêmement déséquilibré", entre la chute de la demande et une offre surabondante, "les gens se précipitent pour se décharger" de leurs achats de pétrole, a relevé Craig Erlam d'Oanda.

"Les États-Unis, en tant que marché enclavé, ont les plus importants problèmes de stockage", a renchéri Jasper Lawler, analyste pour London Capital Group. "La demande est tellement inférieure à l'offre que les réserves pourraient déjà avoir atteint 70% à 80% de leurs capacités", a-t-il ajouté.

Selon l'Agence américaine de l'information sur l'énergie, les stocks de brut ne cessent d'augmenter depuis mi-janvier aux États-Unis et ils ont gonflé de 75 millions de barils au total pour atteindre plus de 500 millions de barils, ajoutant aux malheurs d'un marché qui débordait déjà d'or noir avant la pandémie de COVID-19.

"Les courtiers ont englouti des barils pas chers et rempli les espaces de stockage", remarque Louise Dickson. À Cushing dans l'Oklahoma en particulier, où sont stockés les barils servant de référence au WTI, les réserves ont bondi de 48% depuis fin février pour atteindre 55 millions de barils et "il n'y reste de la place que pour environ 21 millions de barils", souligne-t-elle.

Or, avec la chute des cours, les producteurs américains pompent certes moins mais leurs extractions s'élevaient encore début avril à plus de 12 millions de barils par jour dans le pays. Lundi soir 20 avril, Donald Trump a annoncé qu'il avait l'intention d'ajouter 75 millions de barils à la réserve stratégique américaine, destinée à parer aux urgences, pour la remplir.

Il a ensuite précisé qu'il allait soit acheter cette quantité de pétrole si le Congrès lui donnait le feu vert soit ouvrir à des tiers, la capacité de stockage qui fait cruellement défaut ailleurs, en échange d'une rémunération. Au 17 avril, elle contenait 635 millions de barils et la limite autorisée est actuellement de 713,5 millions de barils.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Quang Tri souhaite relancer le tourisme après la distanciation sociale Le tourisme maritime et insulaire de la province de Quang Tri commence doucement à se remettre sur pied à la suite de la longue période de distanciation sociale causée par la pandémie de COVID-19. Plusieurs sites touristiques rouvrent leurs portes afin d’accueillir les visiteurs.