31/12/2019 08:57
Le chercheur chinois qui avait provoqué l'an dernier un scandale planétaire en mettant au monde les premiers bébés génétiquement modifiés a été condamné lundi 30 décembre à trois ans de prison, a annoncé l'agence Chine Nouvelle.
>>"Bébés OGM": la seconde femme enceinte le serait de 12-14 semaines
>>La France va devenir le premier consommateur mondial de vin bio

Le chercheur chinois He Jiankui le 30 décembre lors d'un sommet scientifique à Hong Kong. Photo : AFP/VNA/CVN

Le chercheur He Jiankui avait annoncé en novembre 2018 être parvenu à mettre au monde des jumelles à l'ADN modifié pour les rendre résistantes au virus du sida dont était infecté leur père. Le gouvernement chinois, accusé à l'époque de laxisme, avait ordonné la suspension des recherches et placé M. He sous enquête policière.

Il a été condamné par un tribunal de Shenzhen, la métropole du Sud du pays où il avait effectué ses travaux, pour "avoir illégalement procédé à la manipulation génétique d'embryons à des fins de reproduction", a précisé l'agence de presse officielle.

Chine Nouvelle a ajouté qu'au total trois bébés génétiquement modifiés étaient nés à la suite de ces recherches.

Les autorités chinoises avaient confirmé en janvier 2019 qu'une deuxième femme était enceinte d'un enfant à l'ADN modifié, en plus des deux jumelles, mais la naissance de ce bébé n'avait pas été confirmée.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous touristiques à Hôi An : les cafés-restaurants

Hô Chi Minh-Ville, destination préférée des touristes vietnamiens Dans le classement des principales destinations des touristes vietnamiens en 2019 publié par Agoda, important site international de réservation d'hôtels, Hô Chi Minh-Ville arrive en tête.