17/04/2019 18:00
La croissance chinoise fait de la résistance: déjouant les prévisions, elle s'est stabilisée à 6,4% sur un an au premier trimestre, en dépit d'une demande mondiale en baisse et de la guerre commerciale avec Washington.
>>Guerre commerciale: les pourparlers ont repris
>>Brexit: Chine et USA pourraient profiter largement d'un "no deal"

Dans une usine de production d'aluminium à Nanning, dans la région de Guangxi, le 10 avril. Photo: AFP/VNA/CVN

Le croissance chinoise a été annoncé mercredi 17 avril par le Bureau national des statistiques (BNS), de concert avec une salve d'indicateurs plutôt rassurants sur la santé économique de la Chine.

"L'économie nationale a fait montre d'une performance stable, avec davantage de facteurs positifs", entraînant "une confiance du marché renforcée", s'est félicité Mao Shengyong, porte-parole du BNS.

En 2018, la croissance chinoise avait connu un fort ralentissement à chaque trimestre (6,8%, 6,7%, 6,5%, 6,4%), dans un contexte d'efforts de désendettement des autorités et de tensions commerciales avec l'administration Trump.

Mais au premier trimestre 2019 le PIB s'est accroché, et sa progression s'est même avérée supérieure à la prévision médiane de 12 analystes interrogés par l'AFP, qui s'attendaient à un taux de 6,3%.

"Compte tenu du ralentissement de la croissance économique mondiale et du commerce international, des incertitudes internationales croissantes et d'importants problèmes structurels internes, (...) la pression à la baisse sur l'économie persiste", a nuancé Mao Shengyong.

Pour soutenir l'économie réelle, le gouvernement chinois s'est engagé en mars à baisser de près de 2.000 milliards de yuans (265 milliards d'euros) la pression fiscale et sociale sur les entreprises.

Chômage en baisse

Pékin joue également les équilibristes, en essayant de soutenir les entreprises ayant besoin de crédit, mais sans trop gonfler leur endettement (lequel s'élève déjà à 155% du PIB selon l'OCDE).

Les banques chinoises ont ainsi été encouragées à gonfler leurs prêts aux PME, jusque-là délaissées au profit des grands groupes publics, souvent peu rentables.

"Avec la hausse des prêts qui s'accélère et l'état d'esprit du marché qui s'améliore, l'économie chinoise va repartir à la hausse dès qu'elle aura touché son point bas, si ce n'est déjà le cas", prévoit Julian Evans-Pritchard, économiste au cabinet Capital Economics.

Pékin a annoncé un objectif de croissance compris entre 6% et 6,5% cette année - après les 6,6% enregistrés en 2018, son score le plus bas depuis 28 ans.

Malgré cet objectif plus modeste, le taux de chômage urbain, facteur crucial pour assurer la paix sociale, a légèrement baissé de février à mars, passant de 5,3% à 5,2%.

La Chine tâche de poursuivre le rééquilibrage de son économie, au détriment des industries lourdes et au profit de la consommation intérieure.

Les ventes de détail sont justement restées solides au premier trimestre, à "8,2% sur un an, a annoncé le BNS. Un chiffre rassurant alors que les exportations ont chuté sur la même période, signe d'une demande mondiale plus faible.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découverte d’un village de broderie centenaire à Nam Dinh

Ninh Binh accueillera l’Année nationale du tourisme 2020 "Hoa Lu - ancienne capitale du millénaire" sera le thème de l’Année nationale du tourisme 2020 qui sera organisée dans la province de Ninh Binh, au Nord. L’information a été rendue publique lors de la première réunion du Comité national de pilotage de l’Année nationale du tourisme 2020 - Ninh Binh, tenu à Hanoï mercredi 21 août.