21/08/2017 18:08
Le numéro deux chinois des télécoms, China Unicom, voyait son titre s'envoler en Bourse lundi 21 août après avoir confirmé une levée de 10 milliards d'euros auprès d'investisseurs privés tels que les géants internet Baidu et Alibaba - à l'issue d'une communication brouillone ayant semé la confusion.
>>Les géants chinois des télécommunications piloteront la technologie 5G
>>Un ancien président de China Telecom condamné à six ans de prison

Le numéro deux chinois des télécoms, China Unicom.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le titre de China Unicom à la Bourse, destinée à ouvrir largement le capital du groupe étatique au secteur privé, s'inscrit dans les réformes "d'actionnariat mixte" engagées par Pékin pour améliorer la gestion et la rentabilité de certains grands groupes publics, mal administrés et à court de liquidités.

Un premier communiqué annonçant cette levée de fonds avait été mis en ligne mercredi 16 août par China Unicom, avant d'être retiré aussitôt, tandis que son titre à la Bourse de Shanghai - où il est suspendu depuis avril - restait fermé aux échanges.

Ces signaux contradictoires avaient semé le trouble et entretenu des doutes sur le déroulement de l'opération.

Finalement, CUNC, l'entité de China Unicom cotée à Shanghai, a confirmé lundi 21 août qu'ella allait bien vendre des participations pour un total de 77,9 milliards de yuans à dix investisseurs, selon un communiqué sur le site de l'opérateur boursier.

Les détails dévoilés la semaine dernière sont dans l'ensemble confirmés, notamment le casting d'acquéreurs comprenant les mastodontes du commerce en ligne Alibaba et JD.com, les géants du web Tencent (messagerie WeChat) et Baidu (le "Google chinois"), ou encore l'assureur China Life.

Une fois la transaction finalisée, les nouveaux investisseurs posséderont au total 35,19% de l'entité shanghaïenne de China Unicom, laquelle restera contrôlée par le groupe étatique.

Une société financière de Tencent s'est associée pour l'occasion à un partenaire étatique pour acquérir 5,33% de CUNC, pour 11 milliards de yuans. Baidu s'emparera de 3,99% pour 7 milliards de yuans.

Dans un communiqué dimanche 20 août, le régulateur bancaire a confirmé avoir donné son feu vert, insistant sur le caractère "exceptionnel" de cette levée de fonds.

Rassurés, les investisseurs ont accueilli avec enthousiasme la confirmation de cette "privatisation partielle" d'une ampleur jusqu'alors inégalée, et ont salué la reprise des échanges sur le titre de China Unicom après quelque 4 mois d'interruption.

À la Bourse de Shanghai, l'action CUNC bondissait de 10% lundi après-midi 21 août, la hausse quotidienne maximale permise par le régulateur.

À Hong Kong (Chine), le titre de China Unicom s'envolait de plus de 8%.

Cet argent frais sera destiné, selon China Unicom, à financer la montée en gamme des actuelles technologies 4G déployées par l'opérateur et le développement des futurs réseaux 5G du groupe.

L'opération illustre également la douloureuse réforme structurelle des entreprises publiques chinoises, sous forte pression pour se désendetter.

L'endettement net de China Unicom a gonflé de 20% sur les cinq dernières années pour dépasser les 19 milliards d'euros, en raison de l'expansion de réseaux télécoms onéreux... des équipements dont pourraient profiter les géants privés du high-tech.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.