17/06/2021 21:18
Champion arc-en-ciel vise maillot tricolore : après le contre-la-montre de jeudi 17 juin promis à son équipier Rémi Cavagna, Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) partira dimanche 20 juin à Epinal en quête d'un premier titre de champion de France.

>>Championnat de France de cyclisme : Groupama-FDJ en reconquête avec Démare en arme N.1
 

Julian Alaphilippe (droite) mène un petit groupe lors de la classique Liege-Bastogne-Liege, le 25 avril.
Photo : AFP/VNA/CVN


Le champion du monde, qui a annoncé la naissance de son enfant cette semaine, rêve d'élargir ce week-end sa palette au bleu, blanc, rouge, sur un parcours vosgien qui devrait lui plaire.

"On a un circuit avec des montées et descentes techniques, je pense que les puncheurs vont pouvoir s’exprimer", anticipe Marc Tilly, vice-président de la Fédération française de cyclisme (FFC) chargé de la route.

Au menu des coureurs qui s'élanceront dimanche d'Epinal : 242,9 km et l'ascension à seize reprises de la côte de la Vierge (2,5 km à 6% de pente moyenne).

Gare également au dernier kilomètre et demi du circuit spinalien, qui en compte quatorze et demi : "virages serrés" et "faux plat" devraient écrémer le peloton, dont le triple champion de France (2014, 2017, 2020) Arnaud Démare.

L'arrivée est "un sprint montant donc je pense que ça va être difficile pour les purs sprinteurs" comme le coureur de la Groupama-FDJ ou le natif d'Epinal Nacer Bouhanni (Arkéa-Samsic), juge Marc Tilly.

Sur un tel parcours, et à six jours du départ du Tour de France, Alaphilippe, très remuant au récent Tour de Suisse, dispose de solides arguments.

Mais Warren Barguil (Arkéa-Samsic), champion de France en 2019, ou des grimpeurs comme David Gaudu (Groupama-FDJ) ou Guillaume Martin (Cofidis) pourraient venir jouer les trouble-fête.

La jeune garde d'AG2R-Citroën, incarnée notamment par Aurélien Paret-Peintre ou Dorian Godon, tentera elle aussi de faire échec à l'hégémonique Groupama-FDJ, présente en nombre et lauréate de quatre des cinq derniers championnats de France.

 

Julian Alaphilippe mène un petit groupe lors de la classique Liege-Bastogne-Liege, le 25 avril.
Photo : AFP/VNA/CVN


"On n'est pas tous avec les mêmes armes au départ, c’est simplement un problème de force numérique. Il faut savoir le gérer", avertit Guillaume Martin.

"Sur un parcours comme ça, Julian fait figure de favori", estime Aurélien Paret-Peintre. Mais "il sait aussi que c'est plus compliqué parce qu'il a une moins grosse équipe" (seuls Rémi Cavagna et Florian Sénéchal l'accompagneront dimanche).

Un test pour Tokyo ? 

Rampe de lancement pour la Grande Boucle, les championnats de France mettront aussi aux prises les prétendants à la sélection olympique pour les Jeux de Tokyo (23 juillet-8 août).

En l'absence déjà certaine de Romain Bardet (DSM) et de Julian Alaphilippe au Japon, il reste des places à prendre dans la sélection de cinq coureurs qui devrait être arrêtée au tout début du mois de juillet.

Avec 4.000 mètres de dénivelé positif dimanche, les candidats aux JO passeront un test intéressant en vue de la course olympique, dessinée aux abords du mont Fuji.

Quant aux spécialistes du chrono, c'est dès jeudi 17 juin qu'ils devront en découdre avec un parcours de 45,6 km entre Thaon-les-Vosges et Epinal, lui aussi corsé.

"C'est vraiment un contre-la-montre de costauds, avec toute une partie technique, des descentes où il faut être vigilant, des parties montantes...", prévient Marc Tilly.

"Sur les 45 km, il va falloir pédaler tout le temps. En plus il va sûrement faire chaud (jusqu'à 31 degrés anticipés par Météo France, NDLR), ça va être un facteur important", complète Aurélien Paret-Peintre.

Rémi Cavagna est prévenu : un deuxième titre de rang n'a rien d'acquis, et il devra se méfier en particulier de Pierre Latour (Total Direct Energie), à l'aise dès que la route s'élève et sacré champion de France de contre-la-montre en 2017 et 2018.

Chez les dames, la quadruple championne de France (2015-2018) de contre-la-montre Audrey Cordon-Ragot tentera de récupérer jeudi sa couronne, subtilisée par Séverine Eraud (Stade Rochelais Charente-Maritime) en 2019 et Juliette Labous (DSM) en 2020.

La spécialiste du chrono de la Groupama-FDJ et les deux membres de la nouvelle vague s'affronteront sur un circuit vallonné de 26,3 km.

Samedi lors de la course en ligne, Audrey Cordon-Ragot sera également présente pour défendre son titre.

 

Le programme des épreuves du championnat de France 
 

Jeudi 17 juin

(12h30) Contre-la-montre dames élite

(14h00) Contre-la-montre hommes élite et élite amateurs

Samedi 19 juin

(11h20) Course en ligne femmes élite

(15h20) Course en ligne élite amateurs

Dimanche 20 juin

(10h50) Course en ligne hommes élite

 


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Un symbole de Hanoï sous le ciel du Sud Qui dit chùa Môt Côt (pagode au pilier unique) dit Hanoï. Néanmoins, il en existe à Hô Chi Minh-Ville une autre, de même forme et de même taille. Un témoin de l’attachement des gens du Sud envers la capitale millénaire.