25/12/2016 08:51
Comme bien d’autres villes dans le monde, Bruxelles abrite de nombreux restaurants vietnamiens. Une gastronomie devenue maintenant incontournable dans la capitale belge, grâce à une diaspora travailleuse et motivée.
>>Les plats vietnamiens présentés au Festival de la cuisine de rue en République tchèque
>>Bientôt le festival du Vietnam 2016 au Royaume-Uni

Truong Thi Quyên (droite) lors de la fête de la «Diversité culturelle» qui s’est tenue en mai dernier à Bruxelles.

Situé au cœur de Bruxelles depuis 2004, le restaurant Little Asia demeure une des adresses favorites des Belges amateurs de plats asiatiques.  Originaire de la ville de Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre), la patronne, Truong Thi Quyên, est venue à Bruxelles le cœur imprégné du soleil, du vent et du sable blanc de sa terre natale. Elle rêvait d’ouvrir un restaurant pour présenter aux Belges des spécialités culinaires de son village. La petite femme vietnamienne s’est consacrée corps et âme à ce projet, avec un joli succès à la clé.

Faire valoriser la cuisine vietnamienne

Dans ses plats, Quyên mélange de nombreux condiments, surtout des herbes odoriférantes. Chacun est servi avec une sauce spécifique, à base de nuoc mam (saumure de poisson), un incontournable de la cuisine vietnamienne. Avec une cuillère à soupe de nuoc mam, du sucre, quelques gousses d’ail pilées, du piment, quelques gouttes du citron, Quyên réussit à préparer une sauce «miracle» qui en fait l’âme du plat. Ses clients étrangers en sont conquis. Lors du programme «Diversité culturelle» tenue en mai dernier à La Bourse, au cœur de Bruxelles, après avoir goûté les nems de Quyên, bon nombre de visiteurs sont devenus fidèles de son restaurant où ils peuvent déguster le meilleur de la cuisine vietnamienne.

Dào Hông Hai (droite), la propriétaire de Hanoi Station et l’auteur.
Conquérir les palais étrangers était l’objectif de Quyên et ses efforts ont été largement récompensés. Little Asia demeure l’une des adresses de cuisine asiatique les plus fréquentées de Bruxelles.

Hanoi Station, c’est comme à la maison

Cuisiner est la grande passion de Dào Hông Hai, une jeune femme vietnamienne originaire de Hanoï et installée dans la capitale belge depuis 10 ans. À peine installée en Belgique pour suivre son époux, Hông Hai a réussi à décrocher un poste d’employée dans un restaurant vietnamien. Un moyen pour gagner un peu d’argent et aussi combattre la nostalgie du pays. Ce travail lui a aussi permis d’accumuler des expériences à la fois de cuisinière et de gestionnaire. Mais son rêve était d’ouvrir un restaurant vietnamien authentique, avec le pho comme plat central. Son rêve est devenu réalité en mai dernier lorsque Hanoi Station a ouvert ses portes.

Le succès a été rapide. Un décor moderne, avec des tables et chaises dépareillées qui donnent un côté bon enfant. Sur les murs trônent des clichés de Vietnamiens en tenues traditionnelles et des affiches de propagande communiste. Pas mal de clients entrent par simple curiosité. L’odeur délicieuse du pho finit de les conquérir et ils deviennent par la suite fidèles à l’étabissement. Avec seulement 15 €, chacun peut manger à sa faim, avec un large choix de plats. Bien qu’il ne fasse guère de publicité, Hanoi Station attire de plus en plus de clients.

Truong My Vân, quant à elle, est originaire du Sud du Vietnam. Elle aussi est une passionnée de cuisine. Accompagnée de son mari, My Vân s’est installée en Belgique il y a une décennie. Elle a décidé d’apprendre un métier pour ne pas rester dépendante de son époux, un professeur d’université. Elle s’est inscrite à un cours de cuisine donné par un chef belge et a pu ensuite  concocter des recettes mêlant des influences occidentales et vietnamiennes. My Vân n’a pas de restaurant, mais elle reçoit par téléphone des commandes, et peut soit préparer les plats chez elle, soit chez le client.

Elle n’hésite pas à consacrer une journée pour bien décorer une table avec des nems arrangés en forme de paonneau ou du xôi (riz gluant cuit à la vapeur) reproduisant la carte du Vietnam.  Son savoir-faire est tel qu’elle n’a pas besoin de faire de publicité.

Le bouche-à-oreille est suffisant, et plusieurs employés de l’Union européenne sont des clients réguliers.

Truong Quyên, Hông Hai et My Vân sont quelques exemples parmi les nombreux membres de la diaspora qui ont réussi en Belgique. Ils ont contribué à faire rayonner cette cuisine raffinée sur la carte de la gastronomie mondiale.
 
Texte et photos : Huong Giang/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vivre vert, nouveau mode de vie chez les jeunes Vietnamiens

De nombreuses solutions pour stimuler le tourisme de Lào Cai Le programme de relance du secteur du tourisme intitulé "Été de Sa Pa 2020" a été organisé du 22 au 24 mai pour attirer davantage les touristes dans la province montagneuse de Lào Cai (Nord) en général et à Sa Pa en particulier.