05/01/2019 13:30
Photographe pour le magazine National Geographic, l’Américaine Catherine Karnow est connue pour ses clichés du défunt général Vo Nguyên Giap. Elle est tant attachée au Vietnam qu’elle y revient presque chaque année.
>>Exposition "Vietnam : 25 ans, un pays en train de changer" à Hanoi
>>Exposition photographique d’une Américaine à Hanoi

Catherine Karnow fut la seule étrangère autorisée à photographier de près les funérailles de Vo Nguyên Giap.
Photo: BM/CVN

Catherine Karnow se définit comme énergique, sensible et compatissante. Depuis son retour au Vietnam en octobre 2018, elle donne des cours de photographie. Avec respect et sympathie, elle évoque ses souvenirs avec le général Vo Nguyên Giap, dont elle a immortalisé des instants de vie. 

Vo Nguyên Giap, un grand homme

Avant d’être photographe pour le National Geographic, la jeune femme était productrice de cinéma. Certaines de ses œuvres ont été présentées à des festivals internationaux. "Ce qui m’a poussée à changer de travail, c’est que j’aime vraiment être photographe. En tant que productrice de cinéma, on doit travailler en équipe et avoir toujours un plan de travail précis. Une photographe peut être plus flexible et indépendante", partage Catherine. Ce qu’elle aime, c’est de pouvoir aller où elle veut quand elle veut, et laisser ses idées se modeler à leur rythme. Autrement dit, elle aime être libre.

Elle assure que son destin la renvoie toujours au Vietnam. "Avant, ma mère vivait au Vietnam. Mon père, qui était rédacteur en chef du magazine +Time+ et journaliste au +Washington Post+, m’y a emmenée lorsqu’il a écrit un article sur le général Vo Nguyên Giap (…). En 1994, j’étais la seule étrangère à photographier une forêt du Nord du Vietnam dans laquelle le général avait programmé la bataille de Diên Biên Phu", fait part l’Américaine.

La photo "Le volcan couvert de neige", prise par Catherine Karnow.
Photo: CK/CVN


Lorsqu’elle parle du général Vo Nguyên Giap, Catherine se tient droite, exprimant ainsi son grand respect pour l’"aîné de l’Armée populaire du Vietnam". "J’étais tellement heureuse quand le général m’a invitée à retourner dans la ville de Diên Biên Phu (relevant actuellement de la province de Lai Châu) avec lui. C’était son premier retour dans ce lieu depuis la victoire historique, se souvient-elle. J’ai immédiatement accepté et ai tout de suite téléphoné à mon père pour partager ma joie avec lui".

"En préparation du périple, j’ai lu beaucoup de documents et articles que mon papa avait écrit sur le général et le Vietnam. Lors de notre rencontre, je ne l’ai pas interviewé, j’ai juste parlé avec lui et ses proches. Cela a inspiré mon travail et mes photos", affirme-t-elle.

En 1994, Catherine a réalisé un portrait du général qu’elle a intitulé Le volcan couvert de neige. À l’époque, après avoir longtemps cherché le lieu idéal, elle avait finalement choisi les escaliers de la cuisine de la propre maison du général, au 30, rue Hoàng Diêu, à Hanoï, pour les rayons du soleil qui s’y reflétaient. "Le général Vo Nguyên Giap est un homme spécial. Cette photo, pareille. À travers elle, j’exprime ce que je pense de lui. Si l’on se concentre sur ses yeux, on peut sentir la compassion, l’amour et l’intérêt qu’il porte au peuple vietnamien, à l’armée du Vietnam et à sa famille. On reconnaît aussi le caractère décisif d’un dirigeant sur le champ de bataille", confie la photographe.

Une femme passionnée du Vietnam

Si aujourd’hui Catherine est de retour au Vietnam, c’est qu’elle prévoit de réaliser un projet au profit des victimes de l’agent orange. "Je voudrais contribuer à sensibiliser les Américains à propos de l’impact de l’agent orange sur l’environnement au Vietnam et, surtout, soutenir des enfants et familles concernés par ses conséquences"

Ces dernières années, elle a donné des cours de photographie au Vietnam. Cette idée lui est venue à l’esprit alors qu’elle était la seule étrangère autorisée à photographier de près les funérailles du général Vo Nguyên Giap. "Sur le chemin du cimetière, j’ai été vraiment surprise de voir certaines personnes brandir le portrait du général que j’avais réalisé. Je crois que c’est un succès dans ma carrière, j’ai fait quelque chose de significatif. C’est à ce moment précis que l’idée de donner des cours de technique photographique m’est venue en tête", souligne-t-elle.

Linh Dan - Mai Quynh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’histoire de l’ao dài a son musée privé

ASEAN: la connexion des patrimoines régionaux à l’ère numérique au cœur d’une conférence L’ASEAN est célèbre pour ses nombreux patrimoines naturels et culturels qui sont devenus des destinations attrayantes au niveau mondial. Dans le contexte de développement technologique rapide, la connectivité et la promotion des valeurs patrimoniales dans la région poseront les bases d’un développement durable du tourisme.