17/09/2017 07:55
Pulvériser des assiettes, fracasser un frigo ou une micro-onde avec une batte de baseball et se sentir somme toute apaisé... En France, une entreprise de déménagement associée à une sophrologue propose des ateliers défouloirs pour lutter contre le stress du quotidien.
>>Cancer : molécule prometteuse ciblant un défaut génétique
>>Cancers : amélioration de la survie grâce aux thérapies ciblées

Une personne détruit un réfrigérateur avec un marteau à Noyal-Chatillon-sur-Seiche, dans l’Ouest de la France.  Photo : AFP/VNA/CVN

«La seule fois où j’ai brisé un objet, c’était une assiette sans faire exprès», confie d’entrée Elora Towlson. D’un pas peu assuré, la jeune femme équipée d’un casque de moto et de gants se dirige vers la «zone de lancer», située dans un box sécurisé d’une entreprise de déménagement à Noyal-Châtillon-sur-Seiche, près de Rennes en Bretagne (Ouest).

«Je suis venue voir si je pouvais dépasser ma timidité, mes peurs, et oser devant des gens faire ce genre de chose», explique cette jeune femme de 20 ans, cavalière qui se dit «rongée par le stress».

Encouragée par la sophrologue et les six autres participants, elle réduit en mille morceaux des bouteilles de verre à l’aide d’un club de golf.

«L’atelier est à la fois ludique et thérapeutique, les gens peuvent venir juste pour s’amuser ou briser les interdits. Cet atelier est un exutoire, on cherche à expulser toutes ses tensions et colères qui s’accumulent au fur et à mesure. Après avoir cassé des objets, les gens se sentent vidés et vraiment détendus», affirme Jennifer Le Guen, la sophrologue qui a importé le concept du Japon.

L’idée a déjà séduit les États-Unis («rage room» ou «anger room») et, en France, des ateliers défouloirs existent aussi à Paris et Lyon (Centre-Est), outre Rennes.

Au fur et à mesure de la séance, qui dure entre une heure trente et deux heures, un esprit d’équipe s’instaure, les coups sont plus francs, les cris se font entendre et des débris en tout genre s’amoncellent dans le box, bordé d’une sono qui crache sans discontinuer de la musique rock.

«On monte crescendo : d’abord on casse des bouteilles en verre, de la vaisselle, puis de l’électroménager. On termine par une séance de sophrologie pour se détendre», détaille Mme Le Guen, spécialisée dans la gestion du stress.

«Lâcher prise»

Pour la seconde partie de l’atelier, chaque participant doit choisir 15 objets provenant des débarras de particuliers et destinés à la casse, que récupère l’entreprise bretonne Déménage-moi. Avant de projeter contre le mur bols, cendriers ou encore théières, les participants y inscrivent au marqueur «leurs contrariétés».

La sophrologiste Jennifer Le Guen (gauche) et ses apprentis dans une séance de relaxation à Noyal-Chatillon-sur-Seiches, en France.
Photo : AFP/VNA/CVN

Jany Towlson, la maman d’Elora, fait valser sans hésitation son assiette agrémentée des mots «retraite» et «facture», d’autres griffonneront discrètement le prénom d’un amoureux déchu.

«On est détendu, on n’est pas crispé quand on lance l’objet. C’est une sensation agréable, il n’y a pas de satisfaction de violence mais plutôt une notion de lâcher-prise», commente la Bretonne de 56 ans.

Elle laisse sa place dans le box à Élise, qui se dit «calme» mais qui «bouillonne à l’intérieur», notamment lors de ses trajets en voiture. À défaut de s’en prendre à son «ordinateur au travail ou (de) donner des coups de pieds à quelqu’un», cette fonctionnaire reporte sa colère sur le mobilier mis à disposition pendant la thérapie.

Clémence, 26 ans, est venue accompagnée de son petit ami Gaël, 29 ans, pour tester l’atelier défouloir, qui sera facturé dans les prochaines semaines entre 50 et 70 euros la séance. L’un et l’autre se disent «sous tension».

«Le stress m’envahit et me pourrit la vie, je ne me contrôle pas autant que Gaël», admet la jeune femme, originaire de Rennes.

Pendant une minute chrono, muni d’une masse, le couple va s’acharner sur l’électroménager. «Je n’avais pas forcément de pensée particulière, mais juste le fait de balancer de toutes nos forces... Ça permet quand même de sortir quelque chose. Ça fait du bien», reconnait Gaël, le front perlé de gouttes de sueur.

Après avoir débuté à reculons l’atelier, Elora, la jeune cavalière, l’achève épuisée elle aussi. «C’était très agréable mais physique. Des choses se passent dans notre esprit pendant qu’on tape. Je ne m’imaginais pas casser un frigo en arrivant... mais maintenant j’ai envie de recommencer !»

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

L’hôtel Saigon - Ha Long, un 4 étoiles au cœur de la baie La célèbre baie de Ha Long, située à Quang Ninh (Nord), est classée parmi les sept nouvelles merveilles de la nature du monde. L’hôtel Saigon - Ha Long, relevant du voyagiste Saigontourist, est l’un des premiers hôtels de luxe à s’y implanter.