01/03/2018 14:33
Le smartphone pourrait bientôt faciliter le maintien à domicile des plus âgés, en prévenant proches ou personnel médical de toute anomalie, y compris d'une éventuelle chute.
>>Smartphones : le taïwanais HTC racheté en partie par Google pour 1,1 milliard de dollars
>>Smartphones : Google devrait dévoiler son Pixel 2 le 4 octobre

C'est le pari de nombreux fabricants, qui ont profité du Congrès mondial de la téléphonie mobile (MWC) organisé à Barcelone jusqu'à jeudi 1er mars pour présenter les dernières nouveautés.

Le principe est simple, et moins coûteux que la vidéosurveillance, qui implique dans certains cas de mobiliser 24 heures sur 24 des personnes pour observer des moniteurs vidéo : il s'agit d'équiper les maisons d'une batterie de capteurs capables d'envoyer des alertes via une application. Le but : s'implanter sur un "marché senior", en pleine expansion qui pourrait atteindre les 20 milliards de dollars de chiffre d'affaires (16 milliards d'euros) en 2020 pour les seuls États-Unis, selon une spécialiste du secteur, Laurie Orlov.

Avec le vieillissement mondial de la population, les besoins en produits permettant de maintenir les seniors à domicile le plus longtemps possible sont appelés à croître.
Photo : AFP/VNA/CVN

La génération des "babyboomers" arrivant à l'âge mûr "représente un segment de marché très important", souligne Mme Orlov en ajoutant que la baisse des prix des capteurs renforce aussi la tendance.

La jeune entreprise londonienne Voltaware a ainsi développé un système fonctionnant grâce à l'installation d'un capteur dans le disjoncteur du domicile. Celui-ci transmet les données de consommation électrique via le wifi jusqu'au serveur virtuel de l'entreprise, qui les analyse.

Si une personne âgée ne se lève pas le matin et n'allume pas sa machine à café, contrairement à ses habitudes, le système détecte l'absence d'activité. Un proche peut alors être prévenu par SMS. Le service est proposé à l'essai par deux distributeurs d'électricité au Royaume-Uni et un autre en Italie.

"N'y faites pas attention"

"Pour garder un oeil partout, il faudrait installer plusieurs caméras, ce serait très cher. Notre système ne coûte pas grand chose parce qu'il n'en faut qu'un par domicile", explique le président de Voltaware, Sergey Ogorodnov. Autre méthode, développée par l'entreprise israélienne Vayyar, spécialisée en imagerie 3D : l'utilisation d'un capteur d'ondes radios, afin de détecter dans quelle pièce se trouve une personne.

Le système, qui n'a besoin là encore que d'un seul capteur situé au centre du domicile, peut aussi repérer sa position : assise, debout ou allongée... et si elle respire. Si la personne tombe ou cesse de respirer, un proche reçoit, là encore, un SMS d'alerte.

Basculement démographique

Le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans devrait tripler d'ici à 2100, pour atteindre les 3,1 milliards, selon des estimations des Nations unies. En Europe, plus du tiers de la population aura plus de 60 ans à l'horizon 2050.

Numéro un du marché des téléphones pour seniors, le Suédois Doro a également développé un système de surveillance ayant recours aux capteurs, qui envoie un SMS si la personne tombe chez elle ou laisse son réfrigérateur ouvert. "Un mouvement stratégique important" pour l'entreprise, selon son président Robert Puskaric, qui cherche à répondre à cette demande grandissante.

Prévoir la chute ?

La prochaine étape permettra de prédire la chute : c'est le pari de la start-up canadienne Aerial, qui a breveté un système surveillant le comportement humain à la maison en mesurant les variations des ondes wifi lorsque qu'une personne se déplace.

L'entreprise travaille sur une version améliorée qui, grâce aux changements de vitesse de déplacement dans la démarche, sera capable d'anticiper une chute.
L'information, disponible via une application, permettra aux proches de s'assurer que tout va bien. "Il y a une forte volonté de permettre aux seniors de rester chez eux aussi longtemps que possible. Tout ce qui peut aider en ce sens est bon", estime le responsable du projet chez Aerial, Jon Druker.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Un Depuis 15 ans, chaque dimanche matin, les philatélistes de la capitale se donnent rendez-vous dans un petit café de la rue Triêu Viêt Vuong. Rassemblés sur le trottoir, ils boivent du thé et du café tout en échangeant des timbres.