03/11/2020 13:43


Neuf personnes ont été blessées dimanche soir 1er novembre par l'explosion d'une bombe artisanale dans un bar de Yaoundé, le quatrième attentat de ce genre en moins de cinq mois dans la capitale camerounaise, a annoncé le gouvernement lundi 2 nouvembre. L'attentat n'a pas été revendiqué et, dans un communiqué publié 24 heures après l'explosion, le ministère de la Communication n'a évoqué aucune piste. Le Cameroun est le théâtre d'un conflit sanglant entre les forces de sécurité et des rebelles séparatistes dans les zones anglophones de l'Ouest et de nombreuses attaques meurtrières du groupe terroriste Boko Haram dans l'extrême-nord. L'"engin explosif improvisé dissimulé dans un sac", et a été déclenché "à distance" grâce à un dispositif "composé d'une batterie de moto, d'une carte mémoire et de fils électriques", précise le ministère. L'attentat s'est produit dimanche en début de soirée dans un snack-bar du quartier populaire de Nsam, dans le centre de Yaoundé. "Neuf clients (...) ont été blessés", selon le communiqué, qui précise que tous sont "hors de danger". "Certains blessés sont rentrés le soir même chez eux", a affirmé sous couvert de l'anonymat un officier de police. "Deux femmes ont été hospitalisée chez nous, l'une est sortie alors que la deuxième est encore internée mais se porte de mieux en mieux", a indiqué une source hospitalière. Il s'agissait de la quatrième explosion d'une bombe de ce type à Yaoundé en un peu moins de cinq mois. En juillet, quatre personnes avaient déjà été légèrement blessées et deux autres petits attentats similaires avaient été signalés en juin.
 

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Une conférence nationale sur le tourisme prévue à Quang Nam Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a accepté la proposition d'organiser la Conférence nationale sur le tourisme dans la province de Quang Nam (Centre), afin de passer en revue les développements récents de l'industrie du tourisme, et de proposer des mesures pour l'aider à se redresser.