01/02/2018 21:16
La Cour de deuxième instance du Cambodge a décidé de ​poursuivre la détention de Kem Sokha, ancien président du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP), Parti d’opposition, refusant sa demande d’être mis en liberté provisoire durant le processus d’enquête et de jugement.
>>Le Parti du peuple cambodgien organise son congrès extraordinaire
>>Le Cambodge retire les passeports diplomatiques des ex-membres du CNRP
>>L’Assemblée nationale du Cambodge supprime 55 députés du CNRP

Kem Sokha, ancien président du Parti du sauvetage national du Cambodge.
Photo : AFP/VNA/CVN

Jeudi matin, le 1er février, Kem Sokha a été dessaisi à Phnom Penh pour cette séance de jugement. C’était la première fois que le prévenu était emmené à la capitale pour participer aux séances de jugements depuis son incarcération en septembre 2017 pour "association avec des étrangers dans l’optique de renverser le gouvernement légal", selon le 443e article du Code pénal du Cambodge. 

Pour rappel, en novembre 2017, la Cour suprême du Cambodge a décidé de dissoudre le CNRP après l’affirmation donnée par le ministère de l’Intérieur sur son complot, de concert avec un pays étranger, de renverser le gouvernement cambodgien.

La cour a décidé d’interdire, durant cinq ans, toute action politique pour 118 membres du CNRP. Kem Sokha a été arrêté en septembre 2017 pour haute trahison et devrait être condamné à une peine de 15 à 30 ans d'emprisonnement.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Les médias de masse étrangers font l’éloge du pont d’Or à Dà Nang Ces derniers jours, le pont d’Or (Câu Vàng en vietnamien), dans la zone touristique Bà Nà Hills de la ville de Dà Nang (Centre), est la référence la plus recherchée sur internet.