15/12/2019 17:00
Le gouverneur de l'État américain de Californie, Gavin Newsom, a rejeté un plan de restructuration présenté par le géant de l'énergie Pacific Gas and Electric (PG&E), qui s'est déclaré en faillite face aux milliards de dollars d'indemnités que lui réclament des victimes d'incendies de forêt.
>>Incendies meurtriers en Californie : 13,5 milliards d'USD pour solder des poursuites
>>Menacées par les flammes, 180.000 personnes sommées d'évacuer en Californie


Des employés de la PG&E creusent des tranchées pour enterrer des lignes électriques, le 1er octobre 2019 à Paradise, en Californie.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le plan de restructuration présenté par le géant de l'énergie Pacific Gas and Electric (PG&E) "est terriblement inférieur" aux attentes de l'État de Californie, qui exige de l'entreprise qu'elle se réforme en profondeur et qu'elle se dote d'une "structure de capital lui permettant d'effectuer les investissements indispensables pour la sécurité", a écrit M. Newson dans une lettre à PG&E vendredi 13 décembre.

"La priorité de l'État reste de répondre aux besoins des Californiens, y compris le juste traitement des victimes, et non aux intérêts financiers de Wall Street", a ajouté le gouverneur.

PG&E s'est placé sous la protection de la loi sur les faillites en janvier, arguant qu'il faisait face à plus de 30 milliards de dollars de réclamations pour dommages relatifs aux incendies.

Des lignes électriques défectueuses de PG&E ont été mises en cause l'an dernier dans un incendie dans le nord de la Californie qui a fait 86 morts, le plus meurtrier de l'histoire de l'État. Les installations désuètes, les poteaux électriques en bois et les terrains non débroussaillés autour des lignes à haute tension ont été montrés du doigt, et le groupe énergétique a été accusé de faire passer ses profits avant la sécurité.

PG&E a également été poursuivi dans trois autres affaires d'incendie depuis 2015, dont un qui a dévasté la région viticole de l'État et tué plus de 40 personnes il y a deux ans.

Le gouverneur a donné jusqu'à mardi 17 décembre à PG&E pour lui adresser une version révisée de son plan de restructuration. Le groupe a jusqu'au 30 juin 2020 pour sortir de la faillite, ce qui lui permettrait d'accéder à un fonds d'indemnisation des victimes.

Le groupe avait annoncé début décembre qu'il verserait 13,5 milliards de dollars pour solder les poursuites judiciaires intentées contre lui. Cet accord de règlement doit encore être approuvé par un tribunal avant d'être mis à exécution.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous touristiques à Hôi An : les cafés-restaurants