02/11/2019 11:00
Jeune femme d’affaires Viêt kiêu, Sahra Nguyen importe des grains de café du Vietnam aux États-Unis pour promouvoir leur saveur unique et changer les préjugés des Américains vis-à-vis de cette boisson.
>>La culture du café vietnamien apparaît sur le magazine Forbes
>>Cà phê sua da: un trésor gustatif vietnamien de renommée mondiale
>>Le café Robusta du Vietnam à la conquête du marché japonais

Sahra Nguyen, fondatrice de la société Nguyen Coffee Supply, propose du café en grain torréfié.
Photo : NCS/CVN

"Je souhaite montrer que le café vietnamien c’est bien plus que du simple café instantané. C’est aussi et surtout un café de merveilleuse qualité", affirme Sahra Nguyen, fondatrice de la société Nguyen Coffee Supply, spécialisée dans l’importation, la fourniture et la torréfaction de grains de café originaires du Vietnam.

Perception erronée

Issue de la première génération d’Américains d’origine vietnamienne, la jeune femme, diplômée d’art et culture du monde et d’études sur les Américains d’origine asiatique à l’Université de Californie, à Los Angeles, se rend souvent au Vietnam depuis qu’elle est enfant et éprouve un lien fort avec son pays d’origine. L’idée de lancer sa start-up à base de café a germé dans la tête de la jeune femme lors d’un de ses retours au Vietnam.

"Quelqu’un m’avait dit que lorsque le café vietnamien arrivait aux États-Unis, ce n’était plus du café vietnamien, partage Sahra Nguyen, et c’est malheureusement le cas". Chaque fois qu’elle se rend au pays, les changements du marché du café ne cessent de l’impressionner, surtout ces dernières années.

Et pourtant, cette boisson vietnamienne reste encore méconnue aux États-Unis, où sa réputation est presque nulle et qui se boit essentiellement en sachets de poudre instantanée industriels dont la saveur laisse à désirer.

Sahra a grandi dans la ville de Dorchester (État du Massachusetts), où vit une large communauté d’origine vietnamienne. Enfant, elle  ignorait cependant que le Vietnam était le deuxième exportateur mondial de café. "J’étais hébétée, je n’en avais absolument aucune idée", confie-t-elle. Avant d’ajouter que la plupart des Américains pensent que le café vietnamien est souvent mélangé à du lait concentré, qu’il s’agit d’un breuvage populaire et banal.

Les produits de Nguyen Coffee Supply sont originaires de Dà Lat, province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre).
Photo : NCS/CVN

Selon l’entrepreneuse de 33 ans, le Vietnam produit presque 2 millions de tonnes de café chaque année dont la quasi-totalité est exportée. La majorité des consommateurs américains cependant ignorent l’origine et la provenance de leur café, fait-elle part. "Sur le plan émotionnel, personnel et culturel, je ressens une forme d’injustice", s’attriste Sahra.

Ainsi, elle s’est donnée pour mission de redorer le blason de cette spécialité du Vietnam, qui est depuis longtemps éclipsé par son homologue américain qui domine le marché.

Restauration de la fierté

C’est ainsi qu’en 2018, elle décide de fonder la société Nguyen Coffee Supply qui importe le café directement du Vietnam et le torréfie dans un atelier du quartier de Brooklyn à New York. L’entreprise fournit deux types de café en grains, l’un appelé "Courage", confectionné entièrement d’arabica, et l’autre, "Loyalty", moitié arabica moitié robusta. Selon la jeune femme, l’un des facteurs contribuant à la valorisation du café vietnamien aux États-Unis réside dans la manière de traitement. Les grains verts, après avoir été récoltés dans la ville de Dà Lat, province de Lâm Dông, dans les hauts plateaux du Centre, sont torréfiés pour devenir marrons et parfumés.

Nguyen Coffee Supply propose et vend principalement ses produits en ligne et  possède un café intitulé Cafe Phin dans le quartier du Lower East Side dans l’arrondissement de Mahattan, à New York.

En ce qui concerne les plantations, Sahra Nguyen collabore avec Thiên Tôn, un agriculteur de quatrième génération d’une famille issue de longue tradition de culture du café à Dà Lat.

Le café que propose Nguyen Coffee Supply, fort et très parfumé, sent aussi bon que le chocolat. Cela le rend unique et incontournable. Le robusta a beau souffrir d’une mauvaise réputation vis-à-vis de l’arabica, on témoigne d’une inversion de la tendance, explique Will Frith, expert en café basé à Hô Chi Minh-Ville. Les réglementations en matière d’exportation pour le robusta sont plus laxistes que pour l’arabica, les grains ont tendance à être torréfiés davantage, d’où leur léger goût "brûlé". "Après torréfaction, selon Sahra Nguyen, les grains de robusta donnent des notes de cacao distinctes".

En s’expliquant sur le fait d’importer les grains directement du Vietnam afin de les faire torréfier sur place aux États-Unis, Sahra fait savoir que les Américains, particulièrement les Newyorkais, préfèrent leur café à base des grains fraîchement torréfiées.

C’est une affaire qui roule pour la jeune entrepreneuse. Après avoir goûté au café de Nguyen Coffee Supply, les clients sont sous le charme et expriment leur étonnement. Ainsi, Cafe Phin accueille chaque jour des files entières de consommateurs venant déguster une tasse de café chaud ou glacé, "à la vietnamienne".     
 
Mai Quynh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Franconomics 2019 : entreprises, universités et localités se relient

Le yacht français Le Lapérouse en escale à Hô Chi Minh-Ville Le yacht cinq étoiles de la série Explorers, Le Lapérouse, battant papillon français, a jeté l’ancre à Hô Chi Minh-Ville et y restera amarré pendant plusieurs jours. Il s’agit de la première visite de ce navire touristique dans la mégapole du Sud.