19/07/2021 12:45
Actuellement, la province de Cà Mau (dans le delta du Mékong) compte plus de 300.000 hectares consacrés à l'aquaculture. Les crevettes sont ses principales espèces d'élevage.
>>La science et la technologie au service de l’agriculture
>>La filière crevette cible 4 milliards d'USD d'exportation cette année

Selon de nombreux experts, si les éleveurs n'appliquent pas de bonnes mesures pour protéger l'environnement, cela entraînera une pollution de l'eau qui pénalisera les activités de production dans les zones d'aquaculture.

La province de Cà Mau compte plus de 300.000 hectares consacrés à l'aquaculture. Photo : VNA/CVN

Pour résoudre rapidement ce problème, le Comité populaire de la province de Ca Mau vient de publier des règlements sur les activités de dragage des étangs et des lagunes aquacoles. Selon Le Van Su, vice-président du Comité populaire provincial, cette décision entrera en vigueur le 24 juillet, précise clairement les responsabilités des agences de gestion publiques, des organisations, des foyers et des individus dans les activités de protection de l'environnement. Cela contribuera ainsi à l'amélioration de la production aquacole associée à la protection de l'environnement.

Le Comité populaire provincial a confié au Service provincial de l'agriculture et du développement rural la mission de se coordonner avec les services, branches et unités concernés pour sensibiliser les éleveurs aux techniques aquacoles, connaissances juridiques et au respect des règlements sur l'aquaculture. Ledit Service dirige des forces de gestion et d'inspection spécialisées sur l'aquaculture et la protection des forêts pour prévenir, détecter rapidement et traiter strictement les actes de rejet de déchets causant la pollution de l'environnement.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm

Le Vietnam rouvrira la station balnéaire de Phu Quôc aux touristes internationaux Le Vietnam rouvrira le premier octobre prochain sa célèbre station balnéaire de Phu Quôc (Sud) aux touristes internationaux venant d’un pays ou territoire classé en zone verte, au moment où son tourisme espère des jours meilleurs après un hiatus dévastateur en raison de l’épidémie de COVID-19.