12/03/2020 12:24
Il a mis du volume dans le silence du Parc des Princes : Neymar, buteur, a mené le Paris SG, pour la première fois depuis son arrivée, vers les quarts de la Ligue des champions, après le succès contre Dortmund (2-0) mercredi 11 mars.
>>C1 : sortie précoce pour le tenant Liverpool, Paris retrouve le chemin des quarts
>>C1 : les petits nouveaux Bergame et Leipzig s'invitent en quarts

Neymar a lancé le PSG sur la voie du succès contre Dortmund en Ligue des champions, dans un Parc des Princes à huis clos, le 11 mars.
Photo : AFP/VNA/CVN

Bien qu'à huis clos, l'enceinte parisienne a assisté à un concerto en "Ney" majeur - pas le plus beau, mais le plus espéré par le club et le joueur.

Celui-ci a terminé en larmes, sur les marches du stade, pendant que ses coéquipiers allaient célébrer dans la coursive avec leurs supporters, restés en-dehors.

Par deux fois, la superstar brésilienne a raté l'échéance cruciale du 8e de finale retour, en raison de blessures au pied. Et par deux fois, le PSG a boité avec lui, contre le Real Madrid en 2018 puis Manchester United en 2019.

Mercredi 11 mars, Neymar a enfin réussi à passer un tour de C1 avec le PSG, au terme d'une double confrontation contre le Borussia où il a marqué à chaque manche.

"J'ai parlé avec lui avant le match, il m'a dit qu'il était prêt à 100%. Je suis très fier de lui et de toute l'équipe. Tout le monde a été ensemble", s'est réjoui son président Nasser Al-Khelaïfi, sur RMC Sports.

"Il est la clé pour nous pour des performances et des résultats extraordinaires", a dit de lui son entraîneur Thomas Tuchel.

Même s'il lui en faudra plus pour justifier les 222 millions d'euros dépensés par le PSG, au moins Neymar a contribué à briser la malédiction qui poursuivait son équipe en Coupe d'Europe. En attendant la suite, forcément prometteuse.

Il a gagné une occasion de pouvoir obtenir l'acclamation des supporters qui le sifflaient l'été dernier après l'épisode de son retour avorté au FC Barcelone... si le risque sanitaire lié au coronavirus permet de l'accueil du public au stade.

Après la victoire, il a fêté avec ses coéquipiers, en mimant la pose zen que réalise le joueur du Borussia Erling Haaland à chaque but - mimique reproduite par ses coéquipiers, comme pour chambrer le Norvégien buteur à l'aller.

400e but en pro 

Le joueur, qui avait commencé sa journée en souhaitant sur les réseaux sociaux l'anniversaire de sa soeur Rafaella, a bien poursuivi la "fiesta" dans la soirée. Il a monté le son dès la sortie du car, en portant une enceinte portable qu'il a accompagnée de quelques pas de danse.

Sur le terrain, il a manqué d'inspiration (7e, 11e, 15e), mais a compensé avec des efforts défensifs, à l'unisson d'une équipe qui a débuté avec un pressing haut.

La tête plongeante de Neymar prend le gardien de Dortmund à contrepied pour le premier but du PSG, le 11 mars au Parc des Princes.
Photo : AFP/VNA/CVN

C'est finalement dans un registre inattendu pour lui qu'il fait la différence : de la tête, à la réception d'un corner d'Angel di Maria (28e). Neymar, oublié par la défense allemande, a soigné son geste pour tromper Roman Bürki et débloquer le Paris SG.

C'est ainsi qu'il a inscrit son 400e but en professionnel, seulement son... 23e de la tête.

Il l'a célébré en se jetant dans les bras de Kylian Mbappé, remplaçant. L'entrée du Français (64e) a donné lieu à des échanges entre les deux stars, sans grand succès (65e, 67e).

S'il n'a pas brillé en seconde période, il n'a pas lâché, comme son équipe qui a subi. Il a provoqué l'expulsion d'Emre Can (89e), avec des provocations qui lui ont valu un avertissement.

Il s'est aussi tenu l'épaule droite, douloureuse depuis une chute en début de match (18e). Il a grimacé, mais l'essentiel est bien ailleurs : Paris s'est qualifié.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

Son Doong fait partie des dix plus belles visites virtuelles du monde En cette période épidémique, il est possible d'admirer la célèbre grotte de Son Doong avec juste un téléphone ou un ordinateur. Le quotidien britannique Guardian vient de présenter les dix plus belles visites virtuelles du monde pendant les jours de confinement à cause du COVID-19, dont la grotte vietnamienne Son Doong.