15/08/2020 15:42
Lyon a faim après son exploit contre la Juventus, a affirmé vendredi 14 août son entraîneur Rudi Garcia, à la veille du quart de Ligue des champions à Lisbonne contre Manchester City, qui craint, selon Pep Guardiola, le système sur un match sec où "tout peut arriver."
>>C1 : Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne… L'heure de briller
>>C1 : Lyon évince la Juve de Ronaldo, City écarte le Real des quarts

L'entraîneur de Manchester City, Pep Guardiola, lors du 8e de finale retour de Ligue des champions contre le Real Madrid, le 7 août à Manchester.
Photo : AFP/VNA/CVN

Lyon a faim

Rudi Garcia (entraîneur de Lyon) : "Avoir éliminé la Juventus (en 8es) nous a donné plus de confiance. L'appétit vient en mangeant. On a envie de rester longtemps à Lisbonne même si on sait que City reste le grand favori de cette confrontation. Les premiers quarts nous ont montré que les statuts peuvent être malmenés. J'espère que ça continuera samedi".

Houssem Aouar (milieu de Lyon) : "Ces confrontations (en phase de poules en 2018, victoire 2-1 à Manchester, 2-2 à Lyon) nous aident mentalement. On se dit qu'on l'a déjà fait. Mais aujourd'hui, tout est différent".

Garcia : "C'était magnifique ce qu'ils ont fait à cette époque. Maintenant, c'est un autre moment, et un match à élimination directe. Ça montre qu'aucun match n'est perdu d'avance. L'une des clés, c'est d'exister avec le ballon et de marquer. On est une équipe capable de faire ça. On doit aussi être plus dangereux devant. (...) C'est pas le système (3-5-2) qui compte, c'est ce qu'on va mettre dedans, l'animation, l'esprit d'équipe, le sens du sacrifice. Il faudra courir et mieux utiliser le ballon".

"Une compétition différente"

Pep Guardiola (entraîneur de Manchester City) : "Aujourd'hui commence une compétition différente, qui se joue sur un match sec. (...) Quand on joue la première manche, on a toujours un oeil sur la seconde. Désormais, il n'y a pas de deuxième chance. C'est +in+ ou +out+. L'approche change complètement. Nous devons rester concentrés sur nous-mêmes. C'est le moment d'être nous-mêmes".

Garcia : "Sur deux matches, c'est plus dur de faire l'exploit, même si on l'a montré contre la Juventus. J'espère que sur un match, il y a plus de possibilités pour nous de passer. (...) Ce serait historique pour le foot français (deux clubs en demies)".

Aouar : "Jouer sans supporters, c'est différent, mais ça va être le cas pour les deux équipes. La compétition change complètement par rapport aux années précédentes. Je ne pense pas qu'il y ait un changement de saveur, ça reste un quart de finale de Ligue des champions avec beaucoup d'attentes".

L'année de City ?

Guardiola : "Chaque année, c'est la même question. La pression est toujours là. Nous essayons de faire de notre mieux, comme les autres équipes. Nous sommes préparés, mais il y a un adversaire en face. (...) Chaque année, le club grandit. Pas dans les résultats, mais du côté de l'organisation.(...) C'est important d'avoir battu le roi de la compétition (le Real, en 8es). Mais sur un match, tout peut arriver. On l'a vu dans les deux premiers quarts. Nous ne sommes pas les favoris (du tournoi)".

Aymeric Laporte (défenseur de Manchester City) : "Je pense que l'équipe est prête. Nous voulons être concentrés sur cette compétition. J'espère qu'on pourra les battre et aller loin".

Lyon, une "+top team+"

Guardiola : "On les connaît bien, c'est une équipe très agressive, très rapide, avec de la qualité chez les latéraux. C'est une +top team+. (...) (Dans un match) Il y aura des moments dans lesquels on va souffrir, d'autres qu'on va maîtriser... Dans ce genre de rencontres, le mental, l'état d'esprit, mène tout le reste. Je pense que les joueurs sont prêts pour ça".

Laporte : "C'est toujours spécial de jouer contre une équipe de son pays natal. Je suis impatient. Je me souviens de mon but en 2018 (2-2 à Lyon). J'espère en remettre un, si je joue".

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le tourisme intérieur du Vietnam devrait se redresser après le COVID-19 La résurgence du COVID-19 au Vietnam a mis de nombreux prestataires touristiques sous pression alors qu'ils essayaient de maintenir leurs entreprises à flot. Cependant, maintenant que la pandémie s’apaise, ils ont des conditions favorables pour ramener leurs affaires à la normale.