07/04/2021 15:41
Le Real Madrid a puni la défense fébrile de Liverpool (3-1) pendant que Manchester City a décroché une victoire sur le fil contre le Borussia Dortmund d'Erling Haaland (2-1), mardi 6 avril en quarts de finale aller de Ligue des champions.
>>Zidane contre Klopp, acte II, trois ans après la finale de 2018
>>C1 : Carré d'As en quarts avec Zidane, Klopp, Guardiola et... Haaland !

Real Madrid, porté par Vinicius Junior, a dominé Liverpool en Ligue des champions au stade Alfredo di Stefano près de Madrid, le 6 avril.
Photo : AFP/VNA/CVN

Les équipes dirigées par Zinédine Zidane et Pep Guardiola ont certes fait un pas en direction du dernier carré, mais il leur faudra confirmer lors de la manche retour mercredi 14 avril.

Vinicius mate les Reds

À Madrid, il y avait beaucoup d'étoiles sur le terrain, et les deux derniers vainqueurs de la compétition avant le Bayern : treize titres pour la "Maison blanche", six pour les Reds, titrés pour la dernière fois en 2019. Et c'est le club espagnol, au palmarès record, qui a remporté cette affiche de prestige face à des Anglais trahis par leur défense.

Sans ses défenseurs centraux Virgil Van Dijk et Joe Gomez, blessés de longue durée, Liverpool a coulé sous les coups notamment de Vinicius junior, l'ailier brésilien de 20 ans auteur d'un doublé (27e, 65e). Habitué aux critiques pour son rendement insuffisant, l'ancien joueur de Flamengo a soigné ses statistiques et porté son équipe.

Lancé par Toni Kroos, il s'est d'abord faufilé entre deux défenseurs mal alignés pour contrôler de la poitrine et crucifier son compatriote Alisson Becker. À trente minutes du terme, il a de nouveau profité de la passivité de Nathaniel Phillips pour trouver la faille.

Entre temps, le second but madrilène a aussi été rendu possible par la fébrilité de l'arrière-garde des Reds : Asensio, en embuscade pour profiter d'une tête en retrait de Trent Alexander Arnold, s'est débarrassé d'Alisson avec un coup du sombrero parfaitement exécuté avant de faire trembler les filets.

Plus ambitieux et inspiré après la pause, Liverpool a préservé une petite chance de qualification néanmoins avec le quatrième but en quatre matches de C1 de Mohamed Salah dont la frappe a fait mouche avec l'aide de la barre transversale (51e).

City à l'arraché

Les joueurs de Manchester City à la fête après l'ouverture du score par Kevin De Bruyne contre Dortmund à l'Etihad Stadium, le 6 avril.
Photo : AFP/VNA/CVN

Prétendant au sacre, Manchester City s'est fait peur à domicile devant Dortmund. Son gamin Phil Foden, titularisé à la place de Raheem Sterling, a finalement piqué la vedette à Erling Haaland, 20 ans comme lui, avec un but salvateur inscrit à la 90e minute. Un dénouement rageant pour le club allemand.

L'équipe de Guardiola, présentée comme ultra-favorite face au Borussia, pensait s'être ouvert la voie d'un succès aisé avec un but précoce de Kevin De Bruyne (19e), bien aidé par le précieux travail de Riyad Mahrez.

Pourtant, le club visiteur a trouvé les ressources pour égaliser à la 84e minute par son capitaine Marco Reus. Déterminés à l'emporter, les Anglais ont néanmoins repris l'avantage sur le gong par Foden (90e).

Pour les Citizens, le plan était simple : il s'agissait de museler la pépite norvégienne Haaland, colosse aux pieds agiles qui restait sur quatre doublés consécutifs en Ligue des champions, un record. Le dispositif tactique de Guardiola a fait ses preuves mais il a craqué une fois : Haaland, meilleur buteur de la C1 avec dix pions en sept matches, s'est transformé cette fois en passeur décisif.

Au match retour, le jeune colosse blond (1,93m) pourra sûrement donner une nouvelle fois des sueurs froides à Manchester City. L'ancien club de son père, Alf Inge Haaland n'avait pas encaissé le moindre but au cours de ses sept derniers matches de Coupe d'Europe.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’art au cœur du développement urbain de Hanoi

Un hôtel à Phu Yên parmi les meilleurs au monde Le magazine de voyage américain Travel and Leisure a nommé l’hôtel Zannier Bai San Hô, dans la province de Phu Yên, parmi les 73 meilleurs hôtels du monde en 2021. C'était le seul hôtel vietnamien à faire partie de cette liste compilée par les rédacteurs dudit magazine.