12/12/2019 17:39
Une victoire et un message : avec Neymar, le Paris SG a retrouvé de l'éclat contre Galatasaray (5-0) mercredi 11 décembre en Ligue des champions. De quoi lancer un avertissement à ses adversaires avant le tirage des huitièmes lundi 16 décembre, où figureront aussi l'Atlético Madrid et la surprise Atalanta.
>>C1 : Lyon arrache une qualification miraculeuse, Liverpool passe aussi
>>C1 : nul au sommet entre Paris et le Real, retour réussi pour Mourinho

Leandro Paredes, Layvin Kurzawa et Neymar félicitent Edinson Cavani après son penalty réussi pour le PSG face à Galatasaray, le 11 décembre au Parc des Princes.
Photo : AFP/VNA/CVN

Groupe A : Paris quasi parfait, le Real épouvantail

Pour clore sa phase de groupe, le PSG, déjà qualifié, n'a pas fait de détails face au club turc, dont la faiblesse défensive a été largement exploitée par le trio offensif Mbappé-Icardi-Neymar.

C'est d'abord Icardi qui a ouvert le bal, poussant au fond une offrande de Kylian Mbappé (33e) après une ouverture de "Ney". Puis le Brésilien a décalé Pablo Sarabia, buteur d'un tir croisé (35e), et il a lancé Mbappé, buteur au ras du poteau (63e).

Entretemps, le Brésilien avait lui-même marqué, servi par une talonnade de Mbappé (47e). Et pour finir la soirée en beauté, il a offert à l'entrant Edinson Cavani, cantonné au banc de touche depuis plusieurs semaines, de tirer et de convertir un penalty qui lui fera du bien (84e).

"Comme ça, il a pu marquer et tout le monde repart heureux", a commenté Neymar au micro de la chaîne RMC Sport, avant d'esquiver une question sur sa situation à Paris, quelques mois après son retour avorté à Barcelone : "Moi ce qui me rend heureux c'est de jouer au foot", a-t-il esquivé.

Quoi qu'il en soit, Paris a bouclé sa phase de groupe sur un bilan quasiment parfait de cinq victoires et un nul. De quoi figurer parmi les têtes de série lundi  16 décembre lors du tirage des huitièmes de finale à Nyon, en Suisse, où il n'y aura que des clubs des cinq grands championnats (Espagne, Angleterre, Italie, Allemagne, France) pour la première fois dans l'histoire de la Ligue des champions.

Parmi les deuxièmes de groupe, le Real Madrid de Zinédine Zidane fera pour sa part figure d'épouvantail : le club merengue s'est imposé 3-1 à Bruges dans un match sans enjeu, grâce à des buts de ses Brésiliens Rodrygo (53e) et Vinicius (64e), puis à Luka Modric (90e+1).

Groupe B : carton plein munichois, Olympiakos en C3

La seule équipe de cette C1 à avoir réussi un sans-faute lors de cette première phase s'appelle le Bayern Munich, qui a dompté le Tottenham de José Mourinho 3-1 après avoir déjà écrasé les Spurs 7-2 à l'aller.

Mais les Munichois ont peut-être perdu gros avec la blessure de Kingsley Coman, mal retombé sur son genou gauche et contraint de sortir en première période, alors qu'il venait de marquer.

Dans ce groupe où le Bayern et Tottenham étaient déjà qualifiés, Olympiakos s'est assuré d'être reversé en Ligue Europa en battant l'Etoile Rouge de Belgrade 1-0 sur un penalty tardif.

Groupe C : l'Atalanta s'invite chez les grands

Les joueurs de l'Atalanta Bergame se ruent vers leur coéquipier Robin Gosens après son but contre le Shakhtar Donetsk, le 11 décembre à Kharkiv.
Photo : AFP/VNA/CVN

Conte de fées en Lombardie : l'Atalanta Bergame s'est qualifiée pour la première fois de son histoire pour les 8e de finale de la Ligue des champions de football en battant 3-0 le Shakhtar Donetsk en Ukraine mercredi 11 décembre, alors que c'est seulement sa première participation à la grande Coupe d'Europe.

Le club italien, qui ne comptait pourtant qu'un point après quatre matches, a gagné ses deux dernières rencontres pour réussir un petit exploit : décrocher la 2e place du groupe C (7 pts) dominé par Manchester City (1er, 14 pts) qui a dans le même temps corrigé le Dinamo Zagreb 4-1.

Groupe D : l'Atlético fait le boulot

C'était le dernier ticket restant à distribuer et il a échu à un habitué, l'Atlético Madrid, qualifié au forceps en battant le Lokomotiv Moscou à domicile (2-0).

C'est un soulagement pour les "Colchoneros", à la peine offensivement depuis le départ d'Antoine Griezmann à Barcelone. Ils seront présents en huitièmes et ils le doivent à leur diamant Joao Félix (20 ans), arrivé à l'intersaison pour succéder à "Grizi".

Le Portugais a d'abord provoqué un penalty, que Kieran Trippier n'a pas réussi à convertir (2e). Mais sur un second penalty, obtenu pour une main dans la surface, Joao Félix a transformé avec sang-froid (17e). Ensuite, une belle reprise de volée de Felipe a scellé le score et la qualification de l'Atlético, deuxième du groupe D derrière la Juventus.

Les Italiens, pour leur part, sont allés gagner à Leverkusen grâce à des buts de Cristiano Ronaldo et Gonzalo Higuain. Eux aussi ont l'air fin prêts pour les huitièmes...
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

À Hanoï, au village de l’encens parfumé De passage dans la commune de Quang Phú Câu, en périphérie de Hanoï, on sera saisi par l’ambiance qui anime les fabricants d’encens. Ces bâtonnets sont brûlés par millions lors des fêtes traditionnelles, surtout à l’occasion du Nouvel An.