13/12/2018 19:27
Au moins 20 personnes ont été tuées par des hippopotames du Lac Tanganyika et du delta de la Rusizi au Nord depuis le début de l’année en cours, selon le conservateur en chef du Parc national de la Rusizi, Jean-Claude Nshimirimana, s'exprimant mercredi 12 décembre, sur les ondes de la radio nationale Nshimirimana.
>>Deux hippopotames sont les nouveaux poids lourds du zoo de Beauval
>>Colombie : stérilisation de deux hippopotames issus de l'ancien ranch d'Escobar

Jean-Claude Nshimirimana a fait savoir que ces gros mammifères "deviennent de plus en plus dangereux vis-à-vis des riverains", tuant au moins "20 personnes" au cours de l'année 2018.

Selon le responsable, l’agressivité de ces animaux aquatiques est due à l’augmentation des activités humaines sur les rives. "Ces hippopotames devraient être dans la Rusizi (affluent du lac Tanganyika) ou au niveau du lac Tanganyika. Malheureusement, à cause de l'envahissement de leur zone d'habitation, de leur zone de pâturage, par des activités humaines, ils quittent, parce qu'ils n'ont plus d'herbes et adoptent un comportement dangereux", a-t-il expliqué.

Des activités agro-pastorales se développent de plus en plus aux abords du lac et dans la plaine de la Rusizi à l’ouest de Bujumbura. Pourtant, la loi qui régit les écosystèmes au Burundi, prévoit une zone tampon de 150 m à partir de la rive du lac Tanganyika.

"Cette zone a été envahie par des constructions multiples, y compris des champs", a-t-il poursuivi, estimant qu'aucune occupation humaine "ne devrait avoir lieu" dans cette zone. "Surtout que cela met dans une situation inconfortable tous ces gros mammifères qui ont besoin d'une à trois tonnes d’herbes, par tête et par jour", a fait encore remarquer Ndayishimiye.

Le nombre d’hippopotames vivant dans les eaux burundaises du lac et dans la Rusizi est estimé à près d’un millier.

 

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.

La zone du patrimoine de Huê sera ouverte gratuitement pendant le Têt Pendant les trois jours du Têt du Cochon 2019, soit entre le 5 et 7 février, la visite sera gratuite pour tous les sites qu'abrite l’ancienne Cité impériale de Huê, selon le Centre de préservation des vestiges de l'ancienne Cité impériale de Huê.