02/08/2019 22:50
La gastronomie de Hanoï regorge d'une grande variété de plats à base de vermicelles. Parmi eux, le bun cha, qui se compose de vermicelles de riz au porc grillé et aux herbes fraîches, est largement apprécié pour la finesse de son goût et son arôme délicieux.
>>Hanoï, un des lieux de découverte gastronomique parmi les plus attrayants au monde
>>CNN recommande cinq plats à Hanoï pour les visiteurs étrangers

Le "bun cha" est le plat le plus important et caractéristique de Hanoï.
Photo: Thuy Hà/CVN

En été, il n'y a rien de mieux que de s'arrêter dans un petit stand de nourriture, se laisser entourer par l'odeur du porc grillé tout en savourant ce fameux plat. 
"Le +bun cha+ est l'un des plats typiques de Hanoï que les habitants adorent depuis longtemps", a partagé la cheffe cuisinière Pham Thi Anh Tuyêt, spécialiste de cuisine vietnamienne traditionnelle. Cette dernière a largement contribué à la préservation des trésors de la gastronomie hanoïenne.

Personne ne sait vraiment quand, où et comment le bun cha a été inventé. Dans l'enfance de Anh Tuyêt, ce plat était déjà une spécialité culinaire très appréciée.
"Auparavant, il n'y avait presque pas de restaurants de +bun cha+. Le plat a été retrouvé dans les paniers en bambou tissés à la main des vendeurs ambulants" a informé Anh Tuyêt. "Le +bun cha+ était consommé les jours d'été en raison de ses herbes vertes et sa sauce de poisson qui permettait aux clients de résister à la chaleur estivale en leur donnant une sensation de fraîcheur".

Une combinaison harmonieuse

Le bun cha est une combinaison harmonieuse et saine de vermicelles de riz, de porc grillé et d'herbes fraîches. Cette spécialité de Hanoï combine délicatement de multiples saveurs. Tremper les vermicelles dans la sauce et manger quelques bouchées de porc et d'herbes fraîches - y compris de la laitue, de la coriandre, du basilic et de la périlla – mettra en éveil tout vos sens et stimulera vos papilles.

Rien de mieux que de savourer un "bun cha" dans un petit kiosque en été ou en hiver. Photo: AT/CVN

Deux types de porc grillé sont servis dans ce plat: les galettes de porc hachées et le porc en tranches très fines. Auparavant, la viande de porc était enserrée par des bâtons de bambou, remplacés aujourd'hui par des grilles en fer, avant de se faire griller au feu de charbon de bois. De nos jours, si on voit la fumée tourbillonner en conduisant, c'est probablement un restaurant en pleine préparation de la viande pour le bun cha.

La sauce qui l'accompagne pour y tremper les aliments contient des notes salées équilibrées (sauce de poisson), de l'acidité (vinaigre ou citron), des épices (piment) et du sucre (sucre). La sauce est parfois agrémentée de fines tranches de papaye verte ou de cornichons, ressemblant à des fleurs flottant dans une rivière. Cette sauce ravit non seulement les papilles des convives, mais elle dresse également un tableau coloré avec la sauce de poisson brun-jaune, l’orange naturelle de la carotte, la papaye blanche et le piment rouge vif.

"La qualité du+ bun cha+ dépend beaucoup de la sauce et du porc grillé. Le porc doit être tendre et parfaitement cuit", a indiqué la cheffe cuisinière Anh Tuyêt avec passion et fermeté. "Le goût de la sauce dépend du dosage des ingrédients et talent du cuisinier. Certaines personnes ont des formules précises, mais pour d'autres, le simple fait de goûter suffit pour obtenir la sauce parfaite".

Fans internationaux

Les galettes de porc hachées sont grillées au feu de charbon de bois.
Photo: AT/CVN

De nos jours, on ne trouve presque plus de bun cha dans les paniers en bambou des vendeurs ambulants, mais on peut le trouver très facilement dans les rues de Hanoï. Les habitants mangent ce plat pour tous les repas : le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner. On le trouve dans les marchés ruraux et urbains, dans les stands de restauration dans la rue, dans les restaurants raffinés ainsi que dans de nombreux restaurants vietnamiens à l'étranger.

"J'aime la gastronomie vietnamienne qui est différente de celle des autres régions du monde, car tout est si frais. Parmi les spécialités vietnamiennes, le +bun cha+ est sans aucun doute un aliment de prédilection pour moi et mon ami", a partagé François Xavier, un touriste français.

Lors de sa visite au Vietnam en 2016, le président américain Barack Obama a dégusté un bun cha dans la rue Ngô Thi Nhâm. Plusieurs grandes agences de presse internationales ont publié un reportage sur le sujet, ce qui a rendu les Vietnamiens - et en particulier les Hanoïens - encore plus fiers de leur culture.

Ce même restaurant propose désormais un "combo Obama", qui comprend un bol de bun cha, un rouleau de printemps de fruits de mer frits et une bière de Hanoï pour 85.000 dôngs (4 dollars): le même combo commandé par l’ancien président américain.

Quelques adresses où vous pouvez déguster  le meilleur bun cha de la ville, à savoir: Bun cha Huong Liên - 24 Lê Van Huu; Bun cha Cua Dông - 41 Cua Dông ; Bun cha Dac Kim – N°1 Hàng Mành;   Bun cha 34 Hàng Than;   Bun cha Hàng Khoai –N° 2 Hàng Khoai;  Bun cha Sinh Tu - 57 Nguyên Khuyên ;  Bun cha -74 Hàng Quat;  Bun cha Ngoc Khanh – N° 9, ruelle 105, Nguyên Công Hoan.
 
Thuy Hà/CVN





 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 Le Vietnam accueillera 32 millions de touristes étrangers d’ici 2025 et ce nombre devrait atteindre 47 millions en 2030, soit une croissance annuelle de 9% à 11% durant cette période.