06/02/2018 09:17
Le négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit Michel Barnier a pressé lundi 5 février à Londres le gouvernement de Theresa May de "faire un choix" sur l'après Brexit, en rappelant que des barrières commerciales étaient "inévitables" en dehors de l'union douanière et du marché unique qu'il veut quitter.
>>Theresa May reçoit Michel Barnier en pleine division de l'exécutif
>>Brexit : l'UE s'apprête à fixer sa position sur la phase de transition

Le négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit Michel Barnier arrive au 10 Downing street à Londres pour son rendez-vous avec le ministre britannique David Davis, le 5 février. Photo : AFP/VNA/CVN

"Le temps est venu de faire un choix", a dit M. Barnier à l'issue d'un entretien avec la Première ministre britannique et son ministre du Brexit David Davis. "Nous avons besoin de clarté sur les propositions britanniques sur la future relation" du Royaume-Uni avec l'UE, a-t-il ajouté.

"La seule chose que je peux dire c'est que sans l'Union douanière et hors du marché unique, les barrières au commerce des biens et services sont inévitables", a-t-il rappelé, au moment où un débat sur ce thème fait rage au sein du gouvernement britannique.

Plus tard, au cours de sa visite à l'Autorité bancaire européenne, qui doit déménager à Paris après le Brexit, il a réaffirmé sur Twitter qu'"en quittant le marché unique, le Royaume-Uni perdra le passeport financier". La question représente un enjeu majeur pour les nombreux prestataires de services financiers qui opèrent depuis Londres auprès de clients des vingt-sept autres pays.

David Davis a lui réaffirmé que son pays allait quitter "l'accord douanier" afin d'être libre de signer des accords commerciaux avec le reste du monde, tout en souhaitant conserver la relation commerciale "la plus fluide possible" avec l'UE une fois le Brexit acté.

Le porte-parole de Theresa May avait dû monter au créneau peu avant la rencontre pour affirmer que les seules options envisagées par Londres étaient soit "un nouveau partenariat douanier", soit "des dispositions douanières allégées", sans vraiment expliquer la différence entre toutes ces possibilités.

Alors qu'une nouvelle séance de négociations est prévue à Bruxelles de mardi à vendredi, Michel Barnier a prévenu en quittant Bruxelles qu'il n'y avait "pas une minute à perdre" dans les discussions pour arriver à un accord. "Mon sentiment, c'est que nous n'avons pas une minute à perdre si nous voulons conclure un accord", a dit M. Barnier à la BBC et à Sky News.

En décembre, Londres et Bruxelles avaient conclu un accord préliminaire sur leur divorce, et doivent désormais s'entendre sur la période de transition post-Brexit et la future relation qui unira les deux parties.

Lundi dernier 29 janvier, l'UE avait fait part de sa position pour négocier la phase de transition post-Brexit souhaitée par le Royaume-Uni. Les 27 pays qui resteront dans l'UE ont approuvé le principe "d'une transition "statu quo"" mais sans que Londres ait le pouvoir d'intervenir dans les décisions de l'Union.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Le festival d'automne de Bat Xat 2018 débute à Lào Cai Le deuxième festival d’automne de Bat Xat s’est ouvert dimanche 19 août dans la commune de Muong Hum, district de Bat Xat, province septentrionale de Lào Cai.