26/10/2017 15:13
Les députés brésiliens débattaient mercredi 25 octobre sur l'opportunité d'un procès contre Michel Temer, accusé de corruption, au moment où le président se trouvait à l'hôpital pour une "gêne urologique" nécessitant des examens, a annoncé le palais présidentiel.

>>Brésil : les principales accusations pesant contre Michel Temer
>>Brésil : le président Temer échappe à un procès
 

La Chambre des députés brésiliens à Brasilia, avant une séance permettant d'autoriser ou non l'ouverture d'un procès contre le président brésilien Michel Temer, le 25 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN


Âgé de 77 ans, "le président Temer a éprouvé une gêne en fin de matinée" et "les médecins ont constaté une obstruction urologique et recommandé qu'il soit examiné à l'Hôpital des forces armées, où il se trouve pour des examens et un traitement", a annoncé le palais dans un communiqué.

Au même moment, le sort du chef de l'État était entre les mains des députés, pour la deuxième fois depuis le mois d'août, mais les observateurs estimaient qu'il devrait à nouveau sauver son mandat.

M. Temer a été mis en accusation par le parquet pour "obstruction à la justice et participation à une organisation criminelle" et les députés doivent se prononcer par un vote pour ou contre son procès devant la Cour suprême.

L'issue du vote faisait peu de doutes. Et si une petite quinzaine de députés de gauche a manifesté à l'ouverture de la séance en brandissant des pancartes "Fora Temer" (Temer dehors), c'était plutôt pour la forme. C'est le nombre de voix favorables à un maintien au pouvoir de Michel Temer qui sera scruté, car il donnera une indication sur le soutien dont le président disposera lors de sa dernière année de mandat pour mener à bien des réformes de fond - une douloureuse refonte du système des retraites en tête.

Le vote ne devait pas intervenir avant la soirée après des heures de débats. En début d'après-midi le quorum de députés n'était toujours pas atteint dans un hémicycle à moitié plein.

Ces derniers jours, le chef de l'État n'a pas ménagé ses forces, menant d'intenses tractations et recevant des dizaines de députés pour s'assurer que l'opposition ne parviendrait pas à rassembler les 342 voix (les deux tiers de la Chambre) nécessaires pour que la Cour suprême se saisisse de son dossier.

Il a fait des concessions de poids aux puissants lobbys en retirant l'aéroport de Congonhas de Sao Paulo de la liste des futures privatisations ou en abaissant les amendes prévues en cas d'atteintes à l'environnement, un geste fort à l'attention des 200 députés ruralistes.

En août, il s'était déjà débarrassé d'une première mise en accusation, pour "corruption passive", en obtenant 263 voix à la Chambre en sa faveur, contre seulement 227 pour l'ouverture d'un procès.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Quang Nam: Hôi An parmi les villes les plus attractives au monde Le magazine Travel and Leisure vient de publier un classement des 15 villes les plus attractives au monde comportant à la 8e place la vieille ville de Hôi An, dans la province de Quang Nam (Centre).