15/04/2022 10:06
Dinh Khanh Linh, 25 ans, est une boursière vietnamienne qui suit deux formations en gestion de l'État et en économie à l'Université de Colby (Maine, États-Unis). Elle sera rentrée cet été dans son pays d'origine où elle veut faire une différence pour sa communauté.
>>De nombreuses opportunités d'emploi pour les étudiants
>>Dà Nang lance un site web et une application mobile pour les jeunes

La jeune Dinh Khanh Linh.
Photo : TN/CVN
Faisant mieux que des centaines d'étudiants à travers les États-Unis, Dinh Khanh Linh est devenue l'une des deux étudiantes à recevoir un financement du Davis Projects for Peace. La subvention de 10.000 USD lui permet de retourner dans son village natal au Vietnam cet été pour améliorer l'environnement local avec un projet de gestion des déchets.

"En tant qu'étudiante étrangère aux États-Unis, je réfléchis toujours à la manière dont je peux utiliser les ressources et les opportunités ici pour avoir un impact positif sur la vie des gens dans mon village natal. C'est ainsi que j'ai eu l'idée de ce projet de gestion des déchets", explique Khanh Linh.

Elle a grandi dans un petit village du Sud-Est du Vietnam où les habitants vivent principalement de la riziculture. Cependant, l’environnement s’est largement modifié au cours de ces dernières années, la pollution affectant de plus en plus les moyens de subsistance de la population. L'étudiante a commencé à étudier les causes de ces transformations et est déterminée à se concentrer sur l'amélioration d'une partie du problème, à savoir les déchets organiques.

Fabriquer de l’engrais à partir des déchets

En raison de l'absence de système de traitement, les déchets organiques solides du village de Khanh Linh sont enfouis dans le sol, contaminant les sources d'eau. "Cela peut être nocif pour la santé et beaucoup de gens ne le savent pas. Ou peut-être qu'ils le savent mais qu'ils n'ont aucun moyen d'y faire face", déclare-t-elle. Avec la subvention, Dinh Khanh Linh y construira un système de traitement des déchets, collectera les déchets organiques tels que les restes, les légumes gâtés, les feuilles... pour fabriquer de l'engrais et le revendre à un prix moins cher que le prix du marché.

L'étudiante affirme que de nombreux pays ont mis en œuvre avec succès ce modèle, mais qu'il n'est pas appliqué dans son village natal en raison d'un certain nombre de facteurs tels que le manque de tri des déchets ou les coûts de traitement élevés. Elle pense qu'avec l'aide des villageois, ces problèmes peuvent être résolus et faire de son projet un succès.

Khanh Linh construira dans son village natal un système de traitement des déchets, collectera les déchets organiques tels que les restes, les légumes gâtés, les feuilles... Photo : VNA/CVN

"Je suis confiante dans le fait que je peux mobiliser les gens en vue d’une participation au projet. J'espère qu'ils comprendront l'importance de protéger les sources d'eau, de lutter contre la pollution de l'environnement et de se lancer dans cette solution simple pour améliorer la qualité de l'environnement", affirme-t-elle.

Une bourse de 7 milliards de dôngs

Dinh Khanh Linh était élève du Lycée d’élite Hanoï-Amsterdam. Elle nourrissait le "rêve de faire ses études aux États-Unis" dès son plus jeune âge. Son père a longtemps étudié en Russie et lui a raconté ce qu'il avait appris pendant cette période. Par conséquent, Khanh Linh aspire depuis longtemps à étudier à l'étranger, à se développer dans un nouveau pays, à découvrir des choses originales et intéressantes.

La jeune déclare que son choix s’était vite portait sur les États-Unis car selon elle ce pays dispose d’une éducation avancée. Elle apprécie particulièrement le modèle d'éducation libérale qui se concentre sur l'enseignement aux étudiants, les motive à accroître leur désir et leur capacité à apprendre, à penser de manière critique et à bien communiquer avec les autres pour devenir un citoyen socialement responsable.

En mars 2021, elle a reçu une bourse de 7 milliards de dôngs de l'Université Cloby - l'établissement classé 15e aux États-Unis pour l'éducation libérale, 10e en valeur évaluée par US News. L'école a un processus d'admission très rigoureux puisque le taux d'admission n’est que de 8%.

Le Davis Projects for Peace a été créé en 2007 à l’initiative de la philanthrope Kathryn W. Davis. Le projet motive les étudiants à prendre des initiatives pour s'attaquer aux causes des conflits et contribuer à la création d'une paix durable. Depuis sa création, le projet a accordé des subventions à des centaines d'initiatives dans une centaine de pays.
Hoàng Lan/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Dào Xá, la patrie des luthiers

La province de Bên Tre dispose d'un potentiel immense pour développer l’écotourisme La province de Bên Tre, bien connue sous le nom de "royaume des cocotiers", est située à l’une des embouchures du Mékong et au point de rencontre de quatre bras du fleuve.