23/03/2018 21:50
La rencontre de nouveaux et anciens bénéficiaires du Programme canadien de bourses de la Francophonie (PCBF) vient de se dérouler le 22 mars dans une ambiance conviviale et amicale à la résidence de l’ambassadeur du Canada à Hanoï.
>>Programme de bourses de la Francophonie pour étudier au Canada
>>Formation : chasse ouverte aux bourses d'études au Canada
>>Le Vietnam au Salon voyages et vacances d’Ottawa 2018

Mme l'ambassadeur canadien Ping Kitnikone (blanc) échange avec des anciens boursiers du PCBF lors de la soirée tenue à sa résidence. 

Dans l’ambiance de la Journée internationale de la Francophonie (20 mars), Mme l’ambassadeur du Canada au Vietnam, Ping Kitnikone, a organisé une rencontre des nouveaux et anciens boursiers bénéficiaires du Programme canadien de bourses de la Francophonie (PCBF), en espérant que cette soirée sera une bonne occasion de "partager leurs expériences, leurs inquiétudes et les conseils afin d’avoir un séjour mémorable au pays de la feuille d’érable". Datant depuis une trentaine d’années (1987-2018), le PCBF offre l’opportunité de faire ses études au Canada au profit de milliers de bénéficiaires venus des 37 pays francophones dans le monde, dont le Vietnam. Cette année, six jeunes vietnamiens ont obtenu cette bourse, au niveau de master et de doctorat.

Dotés d’expériences dans différents domaines, ils partagent néanmoins la passion pour la langue française et ne cachent pas l’exaltation pour leur départ prochain au Canada. "J’ai cherché des différents programmes de bourse francophone pour le niveau de doctorat. J’aime beaucoup cette langue, même si j’ai fait un master d’anglais", a confié Lê Bao Châu, nouveau boursier du PCBF 2018 en management économique, travaillant actuellement dans des projets de collaboration avec l’Université de l’économie nationale.

La nouvelle et ancienne boursières se discutent à propos des préparations avant le départ au Canada. 

Expériences et conseils partagés
par les anciens boursiers


La soirée a aussi accueilli les anciens boursiers du PCBF, qui ont partagé leurs expériences et prodigué leurs précieux conseils aux petits nouveaux, dans l’espoir que ces derniers seront préparés pour le mieux avant de mettre les pieds sur le sol canadien. "Nous avons eu la chance de passer notre jeunesse dans un pays développé et civilisé comme le Canada. Cela m’a laissé de nombreux souvenirs inoubliables. C’était la première fois que je me rendais à l’étranger pour faire des études et je dois dire que le Canada, c’était vraiment un autre monde ! Ca m’a donnée une vue complètement différente. Je pense que j’ai beaucoup appris sur la façon de travailler, d’étudier et de faire l’expérience d’un mode de vie très ouvert", a partagé Pham Thi Hoa, ancienne boursière du PCBF, en se souvenant de son passé au Canada. La traductrice actuelle de la maison des éditions Thê Gioi, a aussi insisté sur le sens du contact afin de mieux s’intégrer à la société canadienne. "Il faut être plus ouvert. Si on sort de sa coquille, ce sera plus facile de s’adapter à une nouvelle vie, différente de la nôtre", a-t-elle affirmé.

"Pour ma part, je suis impressionné par l’hospitalité des Canadiens, et ça m’a beaucoup aidé lorsque je faisais mes études là-bas. Les étudiants sont assidus et surtout la qualité du système éducatif m’a apporté d’importantes connaissances académiques et expériences professionnelles, au profit de ma carrière", s’est réjoui Pham Duc Tho, ancien boursier, actuellement enseignant de l’Université des mines et de la géologie. "Les étudiants vietnamiens doivent également bien maitriser les compétences linguistiques pour pouvoir suivre les cours en français dans les universités, en plus des connaissances académiques requises, a-t-il insisté.

L'ambiance conviviale et amicale de la rencontre à la résidence de Mme l'ambassadeur canadien. 

Perspectives ambitieuses
chez les nouveaux boursiers


Il ne reste que quelques mois avant le grand départ pour les nouveaux boursiers du PCBF ! Il leur faut s’apprêter à finaliser les dernières formalités administratives avec les établissements canadiens sans oublier de préparer leurs bagages. "J’ai hâte de passer mes prochaines années au Canada. Et j’ai déjà des projets en arrivant sur le terrain. Tout est prêt pour moi", a confié Pham Quôc Toan, futur étudiant en master de tourisme. Les yeux remplis d’espoir, il s’est longuement exprimé sur son projet professionnel au Canada. "Je travaille pour l’instant dans le domaine du tourisme. Je souhaite me focaliser sur la longue durée au Vietnam. Notre pays est en voie de développement dont la croissance économique se base pour une part considérable sur le secteur tertiaire dont le tourisme. En ce cas, la question de garantir l’équilibre du tourisme, du développement social, et de la protection environnementale devient plus importante que jamais. J’espère qu’à mon retour au Vietnam, avec les connaissances acquises au Canada, pays connu pour le développement durable, je pourrai contribuer davantage dans ce secteur", a ajouté Quôc Toan, en ajoutant ainsi que "le marché canadien est un grand potentiel pour le tourisme du Vietnam mais il est encore peu exploité". Un projet ambitieux du jeune boursier.

Vuong Thanh Thuy, plus sérieuse d’apparence et enseignante de l’Académie diplomatique du Vietnam (ADV), a fait part de ses souhaits d’"élargir les connaissances académiques dans mon domaine politique, et aussi d’enrichir mon réseau professionnel. Je peux profiter des réseaux d’experts constitués par les professeurs canadiens, non seulement dans mon université mais aussi dans les autres établissements canadiens". Le PCBF a vraiment ouvert la porte à de meilleures opportunités pour les jeunes francophones, dans un contexte où on peut constater le recul de la position de la langue française. Les anciens et nouveaux boursiers sont également les témoins des coopérations entre le Canada et le Vietnam, comme ce qu’a affirmé Mme l'ambassadeur canadien : "Les relations vietnamo-canadiennes sont en train d’être approfondies et d’augmenter, illustrées par des partenariats économiques mais aussi par l’éducation et les échanges culturels".

Texte et photos : Hông Anh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.