18/01/2020 17:07
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a appelé vendredi 17 janvier Téhéran à envoyer les boîtes noires de l'avion de ligne ukrainien, abattu "par erreur" le 8 janvier par l'Iran, vers un laboratoire en France.
>>Bœing abattu en Iran : des arrestations, l'indignation perdure
>>Boeing abattu : les enquêteurs canadiens auront accès aux boîtes noires

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau.
Photo : AFP/VNA/CVN

Il a par ailleurs annoncé une aide financière d'urgence pour les Canadiens qui ont perdu des proches dans la catastrophe et appelé l'Iran à indemniser rapidement les victimes du drame.

À propos des boîtes noires, "seuls quelques pays comme la France ont les laboratoires capables de le faire", a déclaré M. Trudeau lors d'une conférence de presse, soulignant que la France avait déjà proposé ses services.

"Ce serait le bon endroit pour envoyer ces boîtes noires et en tirer les bonnes informations d'une façon rapide, et c'est ce que nous encourageons les autorités iraniennes à accepter de faire", a ajouté M. Trudeau.

Sur les 176 victimes, 57 étaient des citoyens canadiens. Par ailleurs, 29 autres victimes avaient le statut de résident permanent au Canada, a révélé M. Trudeau.

"Les boîtes noires ont été endommagées de façon importante et il est extrêmement important (...) qu'elles soient examinées aussi rapidement que possible", a-t-il ajouté.

"Les Français ont certainement offert de faire l'analyse, la communauté internationale y compris les experts canadiens pourraient être présents dans ce processus-là", selon lui.

Quelques heures plus tôt, le chef de la diplomatie ukrainienne Vadym Prystaïko avait déclaré que l'Iran était prêt à transférer à Kiev les boîtes noires du Boeing d'Ukraine International Airlines, abattu par les forces armées iraniennes peu après son décollage de Téhéran.

M. Trudeau a précisé que les familles des Canadiens qui ont péri dans la catastrophe recevraient une aide gouvernementale immédiate de 25.000 dollars canadiens (17.000 euros). Cette aide servira à dédommager ces familles pour leurs déplacements et les arrangements funéraires nécessaires, a-t-il ajouté.

Premiers corps rapatriés

"Je veux être clair. Nous nous attendons à ce que l'Iran indemnise ces familles", a déclaré M. Trudeau lors d'une conférence de presse. "Je les ai rencontrées. Elles ne peuvent pas attendre des semaines. Elles ont immédiatement besoin d'aide", a-t-il insisté.

Les premières dépouilles de Canadiens devraient être rapatriées "dans les prochains jours", a-t-il précisé.

Le Canada a rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran en 2012 pour protester contre le soutien de Téhéran au gouvernement de Bachar al-Assad en Syrie.

Le chef de la diplomatie canadienne, François-Philippe Champagne, a par ailleurs rencontré pour la première fois en tête-à-tête son homologue iranien Javad Zarif vendredi 17 janvier à Oman, ont indiqué ses services dans un communiqué.

"Le ministre Zarif a exprimé son profond regret pour cette terrible tragédie" et M. Champagne lui a dit que les familles des victimes "sont en colère et profondément blessées", a indiqué le ministère canadien.

Les ministres ont discuté "de la nécessité d'un accès complet à l'Iran pour les représentants du Canada et d'autres pays en deuil" afin notamment d'assurer "une analyse transparente des données de la boîte noire, ce à quoi l'Iran a consenti".

Les ministres ont aussi discuté du "devoir" qu'a l'Iran envers les familles des victimes, "y compris l'indemnisation" et M. Champagne a souligné la "coopération" de l'Iran.

M. Champagne a transmis à son homologue les demandes en ce sens exprimées par les pays touchés par la catastrophe (Canada, Royaume-Uni, Ukraine, Suède et Afghanistan), qui s'étaient réunis jeudi 16 janvier à Londres.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite culturelle pour les diplomates à Hanoï

Le Vietnam compte faire du tourisme le fer de lance de son économie d’ici 2030 Le Vietnam se fixe pour objectif de faire du tourisme le fer de lance de son économie d’ici 2030, pour un développement durable, aidant le pays à figurer parmi les 30 premiers du monde en termes de compétitivité touristique, selon une stratégie de développement touristique d'ici 2030 récemment approuvée par le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc.