13/12/2018 20:08
Le site américain Bloomberg a estimé mercredi 12 décembre que le Vietnam pourrait être le plus grand gagnant du conflit commercial entre la Chine et les États-Unis, évoquant plusieurs raisons qui rendent le Vietnam attratif pour les investisseurs étrangers.
>>Les prévisions économiques optimistes s’accumulent

Alors que l’Asie s’inquiète du coût du conflit commercial entre la Chine et les États-Unis, le Vietnam pourrait profiter du contexte.
Photo: VNA/CVN

Dans la course pour attirer les entreprises à la recherche de sites alternatifs dans la guerre commerciale américano-chinoise, le Vietnam dispose de nombreux avantages par rapport à ses concurrents, a-t-il écrit. Le Vietnam est sur le point de conquérir une partie des parts de marché mondial de la Chine dans le secteur manufacturier à forte intensité de main-d’œuvre, a déclaré Trinh Nguyên, économiste senior chez Natixis à Hong Kong.

Selon Bloomberg, le Vietnam profite des tensions commerciales pour renforcer le profil de la nation en tant que plaque tournante pour la production et l’exportation, vendant tout, des chaussures aux smartphones. Le commerce représente environ le double de son produit intérieur brut, soit plus que tout autre pays d’Asie, à l’exception de Singapour. Les travailleurs de la production vietnamiens touchent en moyenne 216 dollars par mois, soit moins de la moitié de ce que gagnent leurs pairs en Chine. Selon les données de GlobalPetrolPrices.com datées de juin, l’électricité est également moins chère à 7 cents le kilowattheure, contre 10 cents pour l’Indonésie et 19 cents pour les Philippines.

Le Vietnam possède également l’une des plus importantes mains-d’œuvre en Asie du Sud-Est, avec 57,5 millions de personnes, contre 15,4 millions pour la Malaisie et 44,6 millions pour les Philippines, selon la Banque mondiale. Les dirigeants vietnamiens ont conclu des accords de libre-échange avec la République de Corée et l’Europe, et signé en mars derniers l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste.

Le pays a conclu en juin un accord de libre-échange avec l’Union européenne (UE) qui éliminera presque tous les droits de douane. En Asie du Sud-Est, seul Singapour a eu un accord similaire avec l’UE. Le gouvernement facilite également la tâche des investisseurs étrangers par un projet de loi sur les valeurs mobilières qui autoriserait une participation étrangère à 100% dans des entreprises étatiques, à l’exception des secteurs restreints comme la banque et les télécommunications.

Une croissance prévue de 7% en 2019

Dans une usine de Honda Vietnam à Hà Nam (Nord).
Photo: BDT/CVN

Les investissements directs étrangers (IDE) vont crescendo au Vietnam, le gouvernement prévoyant que les IDE décaissés atteindront le montant record de 18 milliards de dollars cette année. La proximité du Vietnam avec la Chine ajoute également à son attractivité. Les deux pays partagent une frontière terrestre, par rapport à des pays comme l’Indonésie, les Philippines et la Malaisie, qui sont tous beaucoup plus éloignés, a fait remarquer Bloomberg.

Les entreprises chinoises qui ont besoin de matières premières ou de composants de produits en provenance des États-Unis pourront s’approvisionner plus facilement au Vietnam. Le Vietnam est le principal partenaire commercial de la Chine en Asie du Sud-Est, les deux pays devenant plus centraux dans leurs chaînes de production respectives. Le Vietnam est l’une des économies les plus dynamiques au monde, avec une croissance prévue d’environ 7% cette année. Le dông est relativement stable en 2018 par rapport à d’autres monnaies asiatiques.

Une forte croissance économique et une stabilité politique sont très importantes pour les investisseurs, a déclaré Tony Foster, partenaire de gestion au Vietnam du cabinet Freshfields Bruckhaus Deringer LLP, basé à Hanoï. Le dông restera assez stable à court terme, a déclaré en octobre Fitch Solutions Macro Research, une unité du groupe Fitch, citant le soutien de forts flux d’IDE et du secteur de la production.

Erik Lundh, économiste senior chez Conference Board, une organisation à but non lucratif qui étudie l’économie indépendante américaine, a souligné à l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA) aux États-Unis que, face à la montée des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, les chaînes d’approvisionnement mondiales ont eu des déplacements.  De nombreuses sociétés multinationales, qui dépendaient beaucoup du marché du travail chinois auparavant, envisagent de construire des usines dans d’autres pays, tels que le Vietnam, pour obtenir des avantages tels que les coûts de main-d’œuvre et éviter les risques dans le contexte de confrontation commerciale américano-chinoise.

Afin de tirer le meilleur parti des opportunités et de récolter des succès comme la Chine au cours des deux dernières décennies, le Vietnam devrait s’efforcer de devenir une destination de fabrication de produits de haute technologie. Pour ce faire, le pays devrait se concentrer sur le développement de ressources humaines de qualité.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Faites le plein d’oxygène au réservoir de Hoà Binh

De belles opportunités pour la promotion du tourisme à Ninh Binh Dans le cadre de l’Année nationale du tourisme 2020, qui sera organisée dans la province de Ninh Binh (Nord), une centaine d’activités culturelles et sportives intéressantes se dérouleront pendant toute l’année 2020, non seulement dans cette province mais encore de nombreuses autres localités du pays.