30/12/2018 08:02
Ces dernières années, la commune maritime de Nhon Ly, ville de Quy Nhon, province de Binh Dinh (Centre), a trouvé une nouvelle vigueur grâce au développement touristique. De nombreux pêcheurs sont devenus organisateurs de circuits maritimes, et sont sortis de la pauvreté.
>>La splendeur des îles de Quy Nhon
>>Un nouveau complexe touristique de villégiature écologique inauguré à Binh Dinh
>>Construction d'un complexe de golf et de villégiature de luxe

En 2017, Nhon Ly a accueilli 135.000 Vietnamiens et étrangers.
Photo: BM/CVN

Isolé autrefois, aujourd’hui, le centre-ville de Quy Nhon est relié à la péninsule de Phuong Mai par de larges routes asphaltées et rectilignes. En 20 à 30 minutes de moto, les touristes peuvent se rendre dans la commune de Nhon Ly par le pont de Thi Nai.

Sauvée par le tourisme

Avec ses maisons à étages adossées aux montagnes et serrées les unes aux autres, façades tournées vers la mer, Nhon Ly a fière allure. Les chemins d’accès sont aisés. Les restaurants, hôtels ou "homestay" (genre de chambres d’hôtes) poussent comme champignons après la pluie. Petit à petit, Nhon Ly se transforme en pôle de tourisme maritime.

Trân Dinh Tùng, 59 ans, domicilié dans le village de Ly Hung, commune de Nhon Ly, n’oublie pas les images du village d’autrefois avec ses maisons basses et misérables où les habitants vivaient dans la pauvreté. Ils avaient peine à subsister et mangeaient essentiellement du manioc, des patates douces ou de petits poissons salés. En ce temps-là, l’économie de la commune dépendait uniquement de la pêche en mer réalisée par les hommes. La plupart des femmes n’avaient pas d’emploi.

"Il y a 20 ans, il n’y avait pas de maisons confortables et de routes. La barque était le principal moyen de transport. À ce moment-là, la commune était isolée du monde extérieur", se souvient M. Tùng.

Et puis, en 2000, le pont de Thi Nai, sur la lagune du même nom, a été construit sur près de 7 km de long, reliant la ville de Quy Nhon à la péninsule de Phuong Mai. Depuis lors, la vie des habitants de cette péninsule en général et de la commune de Nhon Ly en particulier a été totalement transformée.

Les villégiatures, centres de loisir et villas ont commencé à se développer sur les collines de sable blanc s’étendant sur plusieurs dizaines de kilomètres.

"À un moment, la commune de Nhon Ly était menacée de disparition au profit d’un éventuel centre touristique. Mais les habitants s’y sont opposés et ont refusé de partir. Depuis toujours, la pêche en haute mer subvient à nos besoins. Alors quelles que soient les difficultés, nous avons le devoir de rester et garder cette mer nourricière", raconte M. Tùng.

La nature offre à Nhon Ly de splendides paysages avec une mer bleue, un long rivage de sable ourlant des falaises et des îles d’une beauté sauvage qui séduisent les voyageurs. Avec les facilités d’accès actuelles, le nombre de visiteurs augmente de plus en plus. En 2017, Nhon Ly accueillait 135.000 Vietnamiens et étrangers. La commune maritime se métamorphose de jour en jour. En profitant des atouts naturels de leur village natal, les pêcheurs se lancent dans le tourisme.

"Pêcheurs de tourisme"

À Nhon Ly, les restaurants sont toujours animés.
Photo: BM/CVN

Comme tout le monde ici,  il y a quelques années, Mai Xuân Trung (60 ans, domicilié dans le village de Ly Luong) pêchait chaque jour grâce à un modeste bateau. Mais ce métier était pénible et incertain. Lorsque la mer était agitée, le manque de vivres touchait sa famille de huit personnes. 

Au début de l’année 2015, quand le tourisme dans la péninsule de Phuong Mai était en plein développement avec la construction de nombreux lieux de villégiatures, de parcs d'attractions... et que les touristes commençaient à affluer à Nhon Ly, M. Trung et sa femme ont décidé d’organiser des circuits touristiques.

Tout d’abord, M. Trung transforme son bateau de pêche en bateau de tourisme pour emmener les voyageurs  découvrir le passage Gio, la plage Ky Co ou l’îlot Khô… et déguster des produits de la mer.

Puis, pour répondre au nombre croissant de visiteurs, il investit dans l’achat de canoës et la construction d’un restaurant plus large et plus confortable. Le succès est au rendez-vous. Actuellement, en plus de quatre personnes de sa famille, il doit embaucher des employés.

À Nhon Ly, M. Trung n’est pas un cas exceptionnel. Beaucoup de pêcheurs sont devenus organisateurs de circuits touristiques et  les bateaux de pêches se sont modernisés au service des visiteurs. 

Nguyên Thanh Danh, vice-président du Comité populaire de Nhon Ly, souligne qu’actuellement, la commune dénombre 549 familles engagées dans le tourisme. Ces huit premiers mois de l’année, le nombre de voyageurs venus à Nhon Ly est estimé à 310.000, soit 85.000 de plus en un an.

La commune compte actuellement 50 canoës touristiques avec 200 travailleurs gagnant chacun de 5 à 7 millions de dôngs par mois. En outre, près de 20 grands restaurants emploient 400 personnes, s’y ajoutent six hôtels et un grand nombre de magasins de souvenirs et de spécialités locales.

Huong Linh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.