05/06/2018 10:31
Au moins 62 personnes ont été tuées dans l'éruption du volcan de feu au Guatemala, ont indiqué lundi 4 juin les autorités après la découverte par les sauveteurs de nombreux corps calcinés.
>>Au moins 25 morts dans l'éruption d'un volcan au Guatemala
>>Éruption volcanique au Vanuatu: la population d'une île incitée à partir pour de bon

Une survivante de l'éruption pleure pendant les opérations de recherche de ses proches disparus, le 4 juin à San Miguel de los Lotes, au Guatemala.
Photo: AFP/VNA/CVN

L'éruption du volcan de feu, haut de 3.763 mètres et situé à 35 kilomètres au Sud-Ouest de la capitale Guatemala, a également entraîné l'évacuation d'urgence de plus de 4.500 personnes des villages situés sur le flanc du volcan, qui a projeté de la lave et des cendres sur une vaste zone, semant la panique parmi les habitants.

"L'Institut national de médico-légal (Inacif) a reçu 62 cadavres", a annoncé lundi soir 4 juin Fanuel Garcia, directeur de cet organisme qui participe à l'identification des victimes, précisant que le bilan pourrait encore s'alourdir au fil des recherches. "Il y a des disparus, mais on ne sait pas combien", a déclaré de son côté Serio Cabanas, de l'Agence de gestion des catastrophes du Guatemala. Un précédent bilan faisait état de 33 morts et 46 blessés.

David de Leon, porte-parole de la Coordination nationale pour la gestion des catastrophes (Conred) avait indiqué que la quête d'éventuels survivants, suspendue la nuit dernière pour des raisons de sécurité, se poursuivait dans la zone la plus affectée où s'affairaient policiers, militaires et membres de la Croix-Rouge. À San Miguel Los Lotes, hameau détruit par l'éruption, un journaliste de l'AFP a pu observer lundi matin un paysage désolé mêlant décombres de maisonnettes réduites à néant et corps noircis d'hommes et d'animaux domestiques gisant entre boue et cendres encore fumantes.

Eufemia Garcia, 48 ans, doit la vie à son mari qui l'a forcée à quitter sa maison, mais elle était lundi à la recherche de trois de ses fils, de sa mère, de plusieurs frères et de neveux. "Je ne voulais pas partir, je voulais y retourner, et je n'ai rien pu faire pour sauver ma famille", sanglote-t-elle.

"Le volcan nous aura"

Localisation du volcan de feu dont l'éruption a fait au moins 25 morts.

"Si on s'en sort cette fois, une autre éruption nous aura", présageait Efrain Gonzalez, 52 ans, assis par terre dans un abri installé à Escuintlan, non loin de la localité d'El Rodeo, la plus affectée par l'éruption. Efrain est parvenu à fuir avec son épouse et son bébé d'un an, mais son fils de 10 ans et son autre fille de 4 ans sont portés disparus après que la lave eut emporté leur maison.

Dimanche 3 juin, des images diffusées à la télévision et sur les réseaux sociaux ont montré une immense nuée de cendres descendant du volcan avant d'engloutir une route tandis que des habitants et des membres des équipes de secours fuyaient en courant. D'autres montraient des personnes couvertes de cendres que des secouristes essayaient de mettre à l'abri.

Le directeur de la Conred Sergio Cabañas a indiqué que les personnes décédées avaient été piégées par la lave incandescente descendue à toute vitesse du volcan. Au total l'éruption a duré plus de 16 heures, mais "une réactivation est possible", a prévenu de son côté l'Institut national de vulcanologie, recommandant de maintenir de strictes mesures de précaution dans cette région.

"Du jamais vu" 

Des sauveteurs partent à la recherche de victimes de l'éruption dans le village de Los Lotes, au Guatemala, le 4 juin. Photo: AFP/VNA/CVN

"On n'a jamais vu une chose pareille", affirme Aura Concobar, 38 ans, qui est miraculeusement parvenue à fuir El Rodeo avec dix autres membres de sa famille. Les colonnes de cendres émises par le volcan ont dépassé l'altitude de 2.200 mètres au-dessus du cratère, selon l'Institut de volcanologie.

L'éruption a touché notamment des communes rurales proches du volcan et la cité coloniale d'Antigua, le plus important site touristique du Guatemala. Un total de 1,7 million de personnes sont affectées à divers degrés par la catastrophe, selon la protection civile.

Au cours d'une conférence de presse dimanche soir 3 juin, le président du Guatemala Jimmy Morales a indiqué que l'alerte rouge avait été déclenchée dans les départements d'Escuintla (Sud), Chimaltenango (Ouest) et Sacatepequez (Sud-Ouest), les plus affectés par l'éruption, et que l'alerte orange était instaurée dans tout le pays. Un deuil national de trois jours a été décrété.

M. Morales a indiqué que les présidents du Mexique, Enrique Peña Nieto, du Honduras, Juan Orlando Hernandez, et du Salvador, Salvador Sanchez Ceren, avaient appelé pour exprimer leurs condoléances et proposer leur assistance au Guatemala. Un porte-parole du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a également transmis une proposition d'aide aux sinistrés et aux services de secours.

Le volcan "de Fuego", qui se trouve aux confins des trois départements cités par le président, avait déjà fait éruption en janvier 2018. En septembre 2012, sa précédente éruption avait entraîné l'évacuation de quelque 10.000 personnes résidant dans des villages situés sur le flanc Sud.

AFP/VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un mois destiné aux artistes français au Vietnam

Tourisme durable au Parc national de Tràm Chim Avec sa forêt et ses paysages remarquables, le Parc national de Tràm Chim, province de Dông Thap (delta du Mékong), a été classé 2000e site Ramsar parmi les zones humides du monde et 4e site Ramsar du Vietnam.