13/05/2021 08:38
Le président américain Joe Biden s'est entretenu mercredi 12 mai par téléphone avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, peu après l'annonce de l'envoi d'un émissaire en Israël et dans les Territoires palestiniens suite à l'embrasement des derniers jours.

>>Biden ne veut pas se laisser entraîner dans le conflit israélo-palestinien
>>Nouveaux heurts sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem, des centaines de blessés
 

Le président américain Joe Biden s'exprime depuis la Maison Blanche, le 12 mai.
Photo : AFP/VNA/CVN


"J'ai eu un échange avec Bibi Netanyahu", a déclaré le président américain Joe Biden depuis la Maison Blanche. "Mon espoir est que la situation soit résolue aussi rapidement que possible, mais Israël a le droit de se défendre quand des milliers de roquettes sont tirées vers son territoire", a-t-il ajouté.


Hady Amr, haut responsable du département d'État américain chargé des affaires israéliennes et palestiniennes, aura pour mission d'exhorter "au nom du président Biden à une désescalade de la violence", a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken devant la presse.

Il devait quitter Washington dès mercredi 12 mai pour aller s'entretenir avec de hauts responsables israéliens et palestiniens, a ajouté un responsable américain sans plus de précisions.

Le secrétaire d'
État s'est par ailleurs entretenu lui ausi au téléphone mercredi 12 mai avec M. Netanyahu, auquel il a "réitéré son appel à toutes les parties en faveur d'une désescalade des tensions et pour mettre fin à la violence".

Tout en confirmant "le soutien ferme des 
États-Unis au droit d'Israël à se défendre", il a aussi "souligné la nécessité pour les Israéliens et les Palestiniens d'être en mesure de vivre en sécurité" et de "jouir dans la même mesure de la liberté, de la sécurité, de la prospérité et de la démocratie".

Le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, s'est lui entretenu avec son homologue israélien Benny Gantz pour appeler également "toutes les parties impliquées" à "prendre des mesures pour ramener le calme".

La nouvelle flambée de violences, la plus intense depuis sept ans, a fait plus de 60 morts des deux côtés dans les tirs de roquettes du mouvement islamiste Hamas et les frappes israéliennes - dont plus de 50 à Gaza, parmi lesquels au moins 14 enfants, et six en Israël.

"Devoir supplémentaire" 

Devant la presse, Antony Blinken a de nouveau condamné les attaques du Hamas vers Israël "avec la plus grande fermeté", mais il a aussi estimé que "tout décès de civils" était "une tragédie".

 

Une citerne d'un dépôt pétrochimique en feu après avoir été touchée par une roquette du Hamas, à Ashkelon (Israël), le 12 mai.
Photo : AFP/VNA/CVN


"Je pense qu'Israël a un devoir supplémentaire d'essayer de faire tout son possible pour éviter les victimes civiles, même s'ils ont le droit de défendre leur population", a déclaré Antony Blinken, soulignant que les images d'enfants palestiniens morts étaient "déchirantes". "Les Palestiniens ont le droit à la sécurité", a-t-il ajouté.

Face aux critiques quant à l'attitude de l'administration de Joe Biden, souvent accusée d'être en retrait sur le dossier israélo-palestinien, le secrétaire d'
État a assuré que les États-Unis étaient "pleinement impliqués" auprès de "toutes les parties, y compris les Palestiniens", même s'il n'a pas voulu préciser la nature des contacts avec les dirigeants palestiniens.

"La chose la plus importante maintenant, c'est que toutes les parties cessent la violence, engagent une désescalade", a-t-il insisté.

Un responsable américain sous couvert de l'anonymat a confirmé que les 
États-Unis étaient en train de multiplier les contacts avec d'autres acteurs de la région, notamment l'Égypte et la Jordanie, pour obtenir des résultats. "Le Caire a les mêmes intérêts que nous en faveur d'une désescalade", "nous continuons à nous coordonner étroitement", a-t-il dit.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

À la découverte de la mangrove de Dông Rui Grâce aux efforts conjugués des autorités et des populations locales, Dông Rui est aujourd’hui la plus belle et la plus vieille mangrove primitive du Nord du Vietnam. Située dans le district de Tiên Yên, province de Quang Ninh, elle est le meilleur rempart contre l’érosion marine et une extraordinaire source de vie pour les habitants.